Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colère des associations

par Erasmus Tharnaby

C'est un refrain, un gimmick, une ritournelle radiophonique à succès. C'est aussi le rappel d'un code moral, celui de la toute puissance des bons sentiments et de leurs dogmes. C'est une phrase elliptique, une demi-phrase qui ne dit pas ce qu'elle recèle comme force revendicatrice, mais le laisse deviner. C'est une scie. Une scie à découper les opinions en deux, les gentils et les méchants. De quel côté te places-tu, auditeur de Radio Bobo ?

"Colère des associations..."

Le gouvernement veut augmenter la TVA à 20% sur les sports des gosses de riches qui seront vétérinaires quand ils seront grands.

"Colère des associations..."

Un groupe de rap trouve des paroles infâmantes pour un hebdo infâmant.

"Colère des associations..."

Les dix suspects de viol collectif à Fontenay sous Bois avaient été relaxés en première instance.

"Colère des associations..."

L'auteur (et non le "père"...) de la loi sur la contraception vient de mourir.

"Colère des associations..."

Dominique Voynet ne se présente pas à Montreuil aux municipales.

"Colère des associations..."

Et ainsi de suite. Cette réactivité de la société dite "civile" à défaut d'être civilisée permet aussi de faire du journalisme, de mettre face à face des parties susceptibles de s'étriper et de faire de l'actualité, un bon papier simple comme un coup de fil. Si tu veux faire parler de toi, ami lecteur, crée une association et mets-toi en colère. Au sujet de n'importe quoi... qui s'en soucie ?.

La norme de la revendication sociale, aujourd'hui, c'est la "colère des associations".

Colère des associations
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sceptique 28/11/2013 17:26

Il est sûrement exceptionnel qu'une opinion ne concerne qu'un seul citoyen. Des associations regroupent les mécontents qui s'y reconnaissent. Ça leur donne plus de poids, mais pour le pouvoir, il faut attendre les élections.

Sceptique 30/11/2013 16:39

...À mon tour...l'affaiblissement des partis est-il l'effet de la prospérité des associations? Ou le contraire, le désaveu des partis par les citoyens les incitant à utiliser l'association comme lobby négatif?
S'il est évident que certaines associations très sthéniques empêchent de gouverner en rond, on ne peut pas dire qu'elles sont un moins de démocratie. Une complication qui ne devrait pas être un obstacle insurmontable pour un gouvernement sûr de lui. Ce qui n'est pas le cas actuellement*.
Les "nouveaux philosophes" sortis à la fois de la contestation de 1968 et de la découverte du vrai visage du communisme, ont insisté sur l'intérêt d'un plus de lucidité et de conscience de la part des citoyens. Il ne peut en résulter qu'un conflit répétitif, sinon permanent, entre la société civile et l'État, et pas du tout fictif.
C'est agaçant, de quelque bord qu'on soit, mais c'est entré dans les moeurs démocratiques.
*On peut, cependant, ne pas imiter Poutine, qui a mis au frigo les emmerdeurs de Gris-ne-pisse, le temps suffisant pour refroidir leurs ardeurs.

Erasmus Tharnaby 30/11/2013 13:46

Précisément, je ne vous suit pas : une des raisons de l'affaiblissement du régime des partis, c'est le poids des associations-spectacles comme Gris-ne-pisse ou WWF. Tel homme politique fait telle proposition de loi -> colère des associations. C'est une sorte de schéma inexorable dont une des variantes est "colère des syndicats", sorte de résumé à la hache d'un antagonisme Etat/Société civile totalement fictif.
Mais si pratique pour un journaliste.