Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

gaz de schistes : contre l'écologie, la raison reprend la main

par Erasmus Tharnaby

L'Académie des Sciences vient de publier un avis sur les fameux gaz de schistes, ces gaz enfermés dans des roches primaires et dont l'exploitation dérégulée aux Etats-unis provoque une crise sanitaire importante à l'heure actuelle dans les populations rurales des bassin d'exploitation.

En effet, la technique utilisée, nommée fracturation hydraulique, provoque une pollution massive et durable des nappes phréatiques situées sous des terrains habitables. Dans un article de Libération de juillet dernier, l'état de l'art en terme de pollution est rapporté à partir d'un rapport scientifique américain plutôt fiable. Dans ce rapport, il est établi que les pollutions sont dûes à des hydrocarbures et à rien d'autres et que la présence de ces produits toxiques est surtout causée par le non-respect des normes de construction de dispositifs d'étanchéité en béton.

"L’origine de ces contaminations semble, selon les chercheurs, plus liée à la mauvaise qualité de certains puits d’exploitation et de leurs étanchéités en ciment : des réalisations violant les règles en vigueur. Des transgressions d’ailleurs souvent relevées par les autorités locales, notent-ils.

En revanche, la fracturation des roches souterraines, nécessaire à l’extraction et opérée par l’injection brutale de liquides chargés en sable et produits chimiques, ne semble pas à l’origine de la migration des gaz vers les puits d’eau potable.

L’un des indices qui conduisent les chercheurs à cette conclusion est qu’aucune contamination n’a été relevée dans certains des puits situés à moins d’un kilomètre, voire 500 mètres, d’une exploitation."

Bien sûr, cette conclusion vaut surtout pour le site étudié, chaque roche présentant des caractères d'étanchéité particuliers.

Dans un contexte où l'opinion est majoritairement opposée à l'exploitation des gaz de schistes après une pollution massive de l'opinion par les écologistes et la presse bobolandaise (voir cet article nullissime de Courier International), il s'agit maintenant de renverser la vapeur pour éviter de prendre encore 30 ans de retard. Sans verser dans une exploitation sale et débridée faisant fi des exploitations agricoles et des paysages, il est raisonnable d'envisager l'expérimentation pour des raisons supérieures d'intérêt public.

L'avis de vingt-trois pages publié par l'Académie des sciences, qu'on peut lire ici, est d'une grande prudence et ne contredit aucun principe bobolandais de précaution. Il serait plaisant que le gouvernement reprenne enfin le dossier dans une ambiance moins hystérique et moins sectaire.

gaz de schistes : contre l'écologie, la raison reprend la main
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article