Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les ennemis de la Terre

par Erasmus Tharnaby

Lundi, à Washington, des représentants israéliens, jordaniens et palestiniens ont signé un accord visant à mettre en place une solution technique durable pour préserver et même remonter le niveau des eaux de la Mer Morte. Selon une pige de France 24, l'accord a mis onze ans à aboutir et consiste à pomper des quantités bibliques d'eau de la Mer Rouge pour les réinjecter dans la mer de toutes les soifs via un aqueduc de 200km.

C'est un projet historique à plus d'un titre.

C'est d'abord la leçon donnée au monde qu'une solution peut être trouvée à des questions complexes mais concrètes, y compris dans une situation politique chaotique. Les parties en présence se parlent, étudient des dossiers techniques et élaborent des stratégies gagnantes, quand le monde et en particulier le monde médiatique parient sur la perennité du conflit.

C'est aussi une solution en vertu de principes supérieurs, qui désamorce l'une des causes du conflit les plus tangibles et les plus graves : la question de l'eau et de sa pénurie. Affaiblissant du même coup les positions de la Turquie et de la Syrie, cette solution va chercher la ressource au sud alors que l'approvisionnement en eau de la région dépend majoritairement des hauts plateaux du nord. Une partie de l'eau récupérée va être désalée et distribuée dans les trois pays signataires dont les populations sont gravement touchées par la pénurie.

C'est aussi un projet très intéressant car il montre de quel côté se situe l'écologie : en effet, les Amis de la Terre se placent délibérément en ennemis de l'humanité en critiquant avec virulence ce projet. Sous prétexte de confondre un système de pompage avec un canal où passent des bateaux (quelle horreur !), les Amis des Bons Sentiments jugent "cynique" l'annonce d'un tel projet par le ministre israélien de l'eau, M. Shalom.

Ce personnage est soupçonné d'avoir, derrière la tête, l'idée défendue par la Banque Mondiale d'un canal entre les Mers Rouge et Morte qui aurait l'immense désavantage d'approvisionner en eau et en électricité toute la région. Quel scandale ! Les êtres humains ne pourraient plus mourir dans la pauvreté et l'absence d'eau et de nourriture. Quel dommage !

Ces charmants individus qui s'autoproclament première organisation écolo du monde montrent bien la teneur de leur idéologie : ce nouveau fascisme n'exclut plus une catégorie ethnique ou religieuse d'êtres humains mais milite pour l'extinction de l'espèce humaine en commençant par les plus démunis et les plus fragiles.

Les arguments de ces ennemis de l'humanité sont bien connus : la fiction de la biodiversité, le mensonge des éco-systèmes, la peur du changement et l'hystérisation des conservatismes sont des standards du genre. Ici, ces sympathiques militants s'attaquent toutefois à un accord historique, assez médiatisé, et qui aura des conséquences incalculables sur la géopolitique locale. Certes, M. Shalom n'est sûrement pas un saint homme et le projet n'est pas encore à son terme. Mais la précipitation médiatique des khmers verts aura au moins le mérite de dévoiler au monde l'idéologie mortifère qui les inspire.

Les ennemis de la Terre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sceptique 11/12/2013 10:42

Je ne connais pas les détails de la solution technique retenue. Théoriquement, la solution idéale était un canal partant de la mer Rouge, suivi d'un tunnel en pente douce en direction de la Mer Morte, s'achevant par une conduite forcée passant par une centrale hydraulique avant de se déverser dans le bassin naturel. L'énergie fournie pourrait être utilisée en partie pour le dessalement.
Le coût de cette solution est peut être excessif, dépassant les possibilités des parties prenantes, même avec l'aide de la Banque Mondiale.
Les Verts sont contre cette solution comme ils le sont pour toutes les "humaines".