Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le lecteur s'entête...

par Erasmus Tharnaby

Je réponds à Xylo, qui en remet une couche :

"Les photos sont retouchées pour les mêmes raisons que les phrases choquantes sont stéréotypées : pour transmettre une idéologie. On peut dire aussi "à des fins de propagande". L'écologie est coutumière de cette forme subtile de privation de la liberté de conscience. Un peu comme la réclame. D'ailleurs, aujourd'hui, les gens sont assaillis de contenus médiatiques qui font la réclame de l'écologie. Sujets au 20h, "l'énergie est notre avenir, économisons la !", "c'est bon pour la planète !", "dépêchons-nous, ça chauffe !" et autres fariboles, non-sens et mensonges.

On retrouve chez les rouge et noir (CNT et consorts), qui se sont pris d'affection pour la cause canardicole, cette tendance à se prendre le bec. C'est plus fort que vous. Du haut de quelques années d'études, vous plongez tête la première dans la bataille. C'est mi-attendrissant, mi-pitoyable quand on sait que les trotskos de jadis (68) ont fait les bons bourgeois d'aujourd'hui.

"Très bien ! Montre moi..."
Détendez-vous et cherchez vous-même. On appelle ça l'esprit critique.

Si on veut bien argumenter sur du solide, on peut revenir sur les phrases auxquelles vous avez l'air de tenir : "Je me répète, les droits dont l'homme dispose aujourd'hui sont ceux qu'ils s'est approprié, par, avec et pour l'homme. Ainsi, ils n'ont aucune légitimité devant leur condition de simple êtres vivants..." On dirait de l'Arne Naess. Bravo. Mais que signifie ici le mot légitimité ? Ce qui est "légitime" est en accord avec une loi, par définition. Cette loi, quelle est-elle ? Est-ce la loi "naturelle" de l'adaptation et de la disparition ou est-ce la loi des hommes ?

Si c'est la loi des hommes, la phrase devient absurde : les hommes ne peuvent qu'être légitimes devant leur propre loi. Donc ce n'est probablement pas ce que vous avez voulu dire.
Si c'est la loi de l'adaptation pour survivre, faut-il comprendre que l'être humain n'a pas plus de légitimité à survivre que les autres espèces animales ? Là, votre phrase devient logique mais elle est étonnante. En effet, vous voulez probablement dire que la loi des hommes n'a pas non plus davantage de légitimité au regard de celle de l'adaptation ou de la disparition. Vous voulez donc dire qu'il est légitime que des êtres humains qui ne peuvent s'adapter disparaissent, comme des handicapés, des autistes ou des personnes impotentes par exemple.
J'imagine donc que, comme Yves Coppens, vous vous étonnez de ce que l'espèce humaine s'obstine à survivre en conservant dans ses rangs des individus qui manifestement ne peuvent s'adapter seuls mais ont besoin de la solidarité de l'espèce. Cette solidarité s'exprime en effet sous la forme de la loi et de l'Etat de droit, toutes choses dont vous contestez la légitimité.

J'ignore si vous avez l'intention d'avoir des enfants mais je vous souhaite très sincèrement d'accueillir près de vous un enfant handicapé, un mongolien, un autiste. Vous comprendrez peut-être pourquoi le discours darwiniste peut être perçu comme eugéniste et pourquoi la diarrhée verbale sur les droits des animaux a quelque chose d'obscène.

Un livre vient de paraître : Le livre noir de l'écologie. Ma libraire en a reçu quelques uns, qui sont tous partis dans la semaine. Je rédige ce blog depuis plusieurs années et sa réception ne cesse de croître malgré mon manque de régularité. L'esprit critique n'est pas tout à fait mort en France et je ne suis pas aussi sceptique que Muray (en son temps) sur la capacité des Français à se ressaisir et à comprendre le danger inhérent à la pensée écolo-malthusienne.

Vous avez fait un petit effort de rédaction. Avouez que c'est tout de même mieux, moins méprisant pour celui auquel vous vous adressez. Vous n'y aviez peut-être pas pensé, du haut de vos études de biologie. Bonne continuation."

Le lecteur s'entête...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article