Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bourbier de l'écotaxe

par Erasmus Tharnaby

On trouve encore des informations précises au sujet de l'écotaxe sur le site du Ministère de l'emmerdement durable. Bien que Ségo l'ait mise au trou, ce nouvel impôt censé court-circuiter la gestion républicaine des ressources du pays n'est pas près de se faire oublier !

La mesure étant suspendue, les pénalités négociées dans le cadre de ce partenariat ainsi que les coûts d'installation vont être à la charge de l'Etat, c'est à dire du contribuable. J'ignore si le principe gaspilleur-payeur s'impose mais il me semble que nous devrions demander des comptes aux généreux concepteurs de ce projet à la con.

En effet, en plus du milliard d'euros attendu, des pénalités myrifiques sont prévues pour les petits veinards qui ont signé le contrat de fourniture de ce service très lucratif. On parle de 800 millions d'euros de pénalités et d'amortissement du matériel.

Pendant que les sociétés d'autoroute continuent à rouler carosse, le contribuable, en particulier s'il est breton, aurait dû cracher au bassinet pour financer l'entretien des routes dont l'Etat s'est désengagé pour satisfaire au fameux critère de Maastricht.

Madame Royal, nouveau ministre de l'écologie, se dit opposée à une vision "punitive" de l'écologie. Nous ne pouvons, ici, que lui donner raison et nous satisfaire de cette déclaration de principe. Mais elle émane tout de même d'une ministre de l'écologie et il n'y a pas de bonne écologie : ce dogme repose, quoiqu'on en dise, sur des principes fascisants, basés sur l'exclusion, l'élimination, la purification, la séparation.

Au-delà du bourbier de l'écotaxe, au coût ahurrissant, c'est l'ensemble de cette politique qui est à revoir et à replacer dans le contexte des principes républicains de Bien commun et d'utilité, concepts que l'écologie s'efforce d'ignorer, voire de contrecarrer.

Le bourbier de l'écotaxe
Commenter cet article