Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecologie : c'est la fête à Ebola !

par Erasmus Tharnaby

On le sait, la doxa qui unit tous les écologistes et sympathisants de la planète, c'est la croyance qu'il faut impérativement faire diminuer la population mondiale pour sauver la planète de la catastrophe immmmminente depuis presque cinquante ans.

C'est pourquoi les seules actualités que trouvent à mettre en avant les écologistes sur leurs sites respectifs restent très éloignées de la réalité que vivent, au quotidien, les experts dépéchés par l'OMS en Afrique de l'Ouest au sujet de l'épidémie de virus Ebola qui sévit gravement actuellement dans cette zone du globe.

Greenpeace flique le commerce du bois en faisant semblant de s'intéresser aux vies humaines, le WWF détourne les yeux et s'occupe de l'ivoire thaïlandais, les verts-de-gris d'EELV s'inquiètent de la prochaine loi de finance et de la Palestine pendant que les ultra-conservateurs du Sierra Club s'offusquent du fait que le boom pétrolier vole la vedette à l'explosion du nombre d'éolienne au Texas. C'est vrai que ce serait dommage.

Les être humains meurent et ils regardent ailleurs.

Oui, car c'est la principale fonction anthropologique de l'écologie : justifier les massacres, leur trouver une contrepartie positive sous la forme d'un bon bilan carbone et souligner, par là, à quel point un bon être humain est un être humain mort. Au moins, un mort ne sera jamais tenté de conduire une voiture ! C'est un constat que l'écologie partage, sans le dire, avec l'industrie des services qui, actuellement, multiplie les économies de personnel et remplaçant tous les emplois possibles par des automates (cinéma, péage, parking, grande distribution, métro, etc.).

L'espoir confus qui plane au dessus de la société occidentale actuelle est que le déficit d'activité qui résulte du harcèlement de la population, harcèlement consenti grâce à une propagande intensive, provoque une baisse de la population. Les différents étouffoirs, structurels ou non, mis en place avec l'aide des écologistes dans nos quotidiens et dans la société témoignent principalement de ce souci. La chasse aux automobilistes dans les grandes villes, les kilomètres de voies automobiles remplacées par des sites propres de transports en commun à la maigre fréquentation, le marché des droits à polluer, les innombrables éco-taxes sur l'essence, les appareils électroménagers, les ordures ménagères, le flicage à la consommation, qu'il soit fait via Internet ou par le compteur électrique Linky (-sition), toutes ces méthodes concourent à faire comprendre au citoyen qu'il est indésirable sur Terre à moins de payer, d'une livre de chair, le prix de sa seule présence.

C'est pourquoi l'épidémie de virus Ebola recèle implicitement, pour les écologistes et leurs sympathisant, une dimension positive. Comment est-ce possible ?

Commenter cet article

novak 24/09/2014 01:49

...et puis, tout votre discours est quand même franchement manichéen, comme si TOUS les écologistes car vous ne citez que ce terme qui regroupe me semble t-il pas qu'un seul individu (dès lors nous sommes tentés de croire qu'ils ne pensent pas TOUS exactement la même chose, quand bien même ils seraient des clones d'ailleurs !) bref, en gros, il y a les méchants = les écologistes et les gentils = les non écologistes ??? votre monde est-il fait ainsi?? encore une fois, j'attends d'un discours critique, qu'il soit précis, or je ne trouve pas ici de référence à un groupe en particulier, j'estime que ce discours est donc nul et non avenu et bon sang, où sont vos références ??? je ne lis aucune référence d'articles, de livres, de propos que l'on pourrait par nous même rechercher, rien. Désolé mais à vous lire, c'est comme-ci tout ce que vous disiez était "parole d'évangile"! je tiens à saluer votre ambition de critiquer les pensées de ceux qui se revendiquent comme relevant de l'écologie politique mais là vous passez à côté je pense...

Erasmus Tharnaby 29/09/2014 00:06

Oh la la ! Mon discours est manichéen. C'est pas bien, ça. C'est pas bien du tout.
Les abrutis qui suppriment les places de parking dans les centre-villes sont eux aussi manichéens : RIEN n'est bon dans la voiture. Les hystériques anti-nucléaires sont eux aussi manichéens : RIEN n'est bon dans le nucléaire.
Quand à mes références, comme je me répète assez souvent, je ne les remets pas à chaque fois. Quand je me base sur un article, je mets généralement le lien. Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage. Peut-être ne voulez vous pas voir les références quand elles s'y trouvent.
En attendant...
Vous pouvez lire avec profit TOUT Philippe Muray, en particulier Le 19e siècle à travers les âges, mais aussi les Exorcismes et son livre d'entretiens avec Elizabeth Lévy.
Vous pouvez lire autrement que béatement les écrits des écologistes eux-mêmes : vous vous rendrez vite compte que Haeckel, l'inventeur du mot écologie, était un illuminé de la pire espèce, que Saint Arne Naess n'est qu'un néo-nazi. Il y a eu un petit livre jaune appelé les grands textes fondateurs de l'écologie. C'est très instructif. Lisez... lisez...
Ces références, je les donne et les redonne régulièrement mais à quoi cela peut-il bien servir s'il n'y a pas d'esprit critique. L'esprit critique ne peut venir que d'ailleurs, de la philosophie en particulier, et surtout de l'histoire de la philosophie. Je lis en ce moment un livre d'Andrea Cavazzini que j'ai eu la chance de rencontrer à plusieurs reprises, et qui parle justement du triomphe de l'empirisme dans les sciences modernes, et des difficultés que cela cause aujourd'hui pour parler de science.
Vous pouvez lire aussi tout ce que Lyndon Larouche a écrit sur la mesure du développement humain.
En attendant, pardonnez-moi si je donne parfois l'impression de croire en ce que j'écris : il peut y avoir des références... implicites. Et je pèse mes mots.

novak 24/09/2014 01:38

"On le sait, la doxa qui unit tous les écologistes et sympathisants de la planète, c'est la croyance qu'il faut impérativement faire diminuer la population mondiale pour sauver la planète de la catastrophe immmmminente depuis presque cinquante ans."

...combattre une doxa par une autre me semble une démarche peu judicieuse, voire tout bonnement fallacieuse !

inutile de lire le reste en somme non? comment voulez-vous que l'on porte crédit à vos propos après ce genre de procédé ???

amicalement encore une fois

Erasmus Tharnaby 28/09/2014 23:51

Merci de votre commentaire. Un problème avec Overblog (la page des commentaires avait disparu) m'a mepêché de vous répondre plus tôt.
Je l'ai annoncé dès le début de mon blog : l'écologie est avant tout affaire de rhétorique. Je ne vois pas ce qui m'empêche d'user des mêmes armes. Une "doxa", étymologiquement, c'est ce que l'on estime avoir de la valeur du point de vue idéologique. Il n'y a donc aucune contre-indication à combattre ce que l'on estime de peu de valeur mais que d'autres estiment avoir de la valeur avec ce que l'on estime avoir de la valeur tandis que d'autres ne l'estiment pas. Où est le problème ?
Le problème est que l'écologie fait l'objet d'un tel bourrage de crâne dans les médias que les écologistes eus-mêmes n'envisagent pas une seule seconde :
1) que leurs croyances constituent un corpus idéologique comme un autre,
2) qu'à ce titre, il peut être combattu par un argumentaire raisonné.
Après, vous lisez ou vous ne lisez pas, c'est davantage votre problème que le mien.
Merci de m'avoir lu, en tous cas.