Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diesel à Paris : la chasse aux pauvres et aux salariés continue...

par Erasmus Tharnaby

Anne Hidalgo, l'égérie des bobos, a décrété la fin des véhicules diesels à Paris d'ici 2020. Pour elle qui ne se déplace qu'en métro, c'est facile !

Comme d'habitude, l'écologie sert de support à un système de purification sociale maintenant bien rôdé. Augmenter le niveau des exigences, dans la construction immobilière, automobile ou électrique, permet certes d'obtenir de meilleurs produits, de meilleures performances, de meilleurs rendements, mais permets surtout d'écarter de l'accession au véhicule propre, au bâtiment propre, aux appareils propres, tout un tas de personnes aux sales manies : les pauvres et les salariés.

Regarde autour de toi, infortuné Parisien. En journée, tu ne verras que des voitures ou des camionnettes conduites par des gens qui gagnent leur vie avec. Les artisans, les commerçants, les chauffeurs, les livreurs, les restaurateurs et une foule d'autres métiers doivent chaque jour jongler avec les restrictions les plus ahurissantes pour parvenir à livrer, réparer, transporter, etc. Quand il ne s'agit pas simplement d'utiliser un véhicule de fonction pour aller d'un point à un autre dans le cadre d'un travail de bureau. Les potelets et la flicaille sont en embuscade...

Les particules fines, la nouvelle bête noire à la mode, auraient pu connaître un sort plus doux en profitant de nouveaux progrès techniques mais la Mairie de Paris, encore sous la tutelle spirituelle du frénétique Yves Cochet, préfère adopter la méthode écolo-hystérique qui consiste à jeter le bébé avec l'eau du bain. Hop ! Facile ! Plus de diesel du tout ! On liquide ! On nettoie ! On purifie !

Les entreprises vont devoir, à nouveaux frais, rééquiper toutes leurs flottes de véhicules. Les malheureuses marges qu'il leur reste vont servir à payer les voitures et le carburant indispensables, à moins d'aller ailleurs, eux et leurs travailleurs pauvres. Cette mesure de suppression, démagogique en diable, est là surtout pour calmer les écologistes parisiens qui ont bien du mal à exister...

La Chantal Goya du socialisme à la parisienne veut aussi un centre de Paris semi-piétonnier. Pratique pour livrer les pizzas ! Les pauvres veulent du travail ? Qu'ils y aillent à pied !

Diesel à Paris : la chasse aux pauvres et aux salariés continue...
Commenter cet article