Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Déroute électorale pour les Verts

par Erasmus Tharnaby

Le verdict est tombé hier soir mais il était attendu. Aucun canton n'a été remporté par les Verts qui font leur plus bas score depuis la fondation d'EELV.

Le communiqué d'Emmanuelle Cosse, la patronne des Verts, semble, dans ce contexte, surréaliste. Elle semble mettre la pression sur un gouvernement où elle n'est visiblement plus écoutée. Elle fait surtout la démonstration de sa propre incurie idéologique. Qu'on en juge par la déclaration écrite publiée au soir du scrutin : "l'urgence démocratique d'abord, pour combler le fossé entre le peuple et ses représentants et retrouver la confiance dans la démocratie. L'urgence environnementale ensuite (...). L'urgence sociale enfin, pour s'attaquer durablement à des niveaux de pauvreté et d'inégalités intolérables".

D'abord, il faut remarqué l'attachement de la patronne des Verts à une démocratie qui n'en a que le nom. Mais surtout, il faut réaliser à quel point la situation sociale de la nation, qui est à l'origine de la montée des fascistes dans les élections, passe après la situation dite "environnementale". C'est significatif de la place que devrait prendre la question de l'écologie dans le discours des partis de gauche : une place très très secondaire.

La coupure de la culture de gauche d'avec son socle ouvrier et le boulevard laissé à l'extrême-droite et aux néo-nazis dans le paysage politique vient essentiellement du brouillage idéologique causé par le message politique écologiste, message essentiellement ultra-conservateur.

Le conservatisme des groupuscules qui font le coup de poing à Sivens ou Notre-Dame-des-Landes n'a jamais rien eu à faire à gauche et il est temps qu'il s'en aille. Il serait donc bienvenu, de la part du Front de Gauche en particulier, de ramener les programmes électoraux en direction de la seule question du partage des profits du travail et de considérer tout le reste comme essentiellement secondaire, en particulier le mirage des créations d'emploi issues de l'économie dite "verte". C'est justement l'occasion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article