Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les éco-moutons

par Erasmus Tharnaby

Les éco-moutons

Il fallait y penser : des moutons pour tondre les pelouses municipales, c'est une idée vraiment révolutionnaire ! Et tant qu'il s'agit de prendre les électeurs pour des cons, l'écologie est une mine de trouvailles.

Soucieuse du manque de biodiversité en matière de déjection animale, Rachida Dati, maire du 7e arrondissement parisien, a fait venir une poignée de moutons pure laine vierge de Bretagne pour croquer le gazon de l'avenue de Breteuil. L'expérience se limite à quelques parcelles d'herbe grasse mais il ne faut jurer de rien : ces bestioles se reproduisent vite et pourrait derechef s'attaquer aux parterres fleuris de la place de l'Hôtel de Ville, histoire de se créper le mouton.

Ces ovins peu délicats pourraient aussi s'en prendre aux plans de cannabis tout frais éclots des défenseurs de la légalisation, les écologistes. Mais ne rêvons pas...

En attendant, pour garantir une tonte sans pollution, il ne reste plus qu'à inventer le mouton qui n'émet aucune déjection. Anne Hidalgo est déjà sur la brèche et farfouille dans sa boîte à idée. Qui, de Rachida ou de l'édile PS, gagnera le concours Lépine de l'éco-nerie ?

Pendant que les humains qui le souhaitent prennent des leçons de leurs cousins les ruminants, le monde entier se prépare à entrer dans une économie de pénurie. Joyeusement et la fleur au fusil, les écolos et leurs sympathisants préparent à l'humanité un siècle de fascisme vert : Paris 2015 doit être la consécration de l'ONU comme gendarme du monde pollué. Au lieu de s'occuper à éviter les guerres, ce qu'ils parvient assez mal à faire, Ban Ki Moon préfère s'engager dans une nouvelle carrière de flic vert-de-gris.

Autour de lui, une foule de moutons bêlent à qui mieux mieux. Chaque con frisé entonne l'air de la catastrophe pour attirer l'attention du distributeur de faveurs : les Japonais montrent leurs plaies radioactives tandis que le Vanuatu s'invente de faux réfugiés climatiques. Les Français se veulent comme toujours exemplaires tandis que les Allemands cachent sous le tapis les centrales au charbon qu'ils ont été obligés de construire après la vogue des énergies renouvelables.

De Paris 7e à Paris 2015, chacun ses petits moutons. Tant qu'ils ramassent leurs crottes...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article