Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COP21 : Je m'engage pour le pognon

par Erasmus Tharnaby

COP21 : Je m'engage pour le pognon

Vous avez certainement remarqué que, mercantilisme oblige, le site de Météo France, le service public de météorologie, s'est couvert de publicités envahissantes, des pop-ups comme s'il en pleuvait, de La Redoute, du Vueling, des trucs et des machins à tel point qu'on dirait un coureur du Tour de France.

Ce matin, en ouvrant ma tablette et en regardant la météo (les autres sites sont pires encore), voilatipa que surgit un pop up avec un gros rond rouge intitulé "Je m'engage pour le climat".

Renseignements pris, il s'agit d'une simple opération commerciale regroupant les publications du groupe d'édition Belin, parmi lesquelles on trouve Pour la science, la version française du Scientific American. Cette dernière revue est la propriété d'un des dix plus gros éditeurs mondiaux, le groupe Holtzbrinck, groupe qui possède entre autres les éditions scientifiques MacMillan, la revue de référence Nature ainsi que des quotidiens comme Die Zeit.

Rappelons que le groupe Holzbrinck a été fondé par Georg von Holzbrinck qui avait rallié le groupe des étudiants nazis en 1933 et géra le service abonnement et la publicité des supports de presse nazis. Ce business lui permettra, après la dénazification, de constituer le puissant groupe qui fait aujourd'hui la pluie et le beau temps dans les éditions scientifiques. Impossible de ne pas faire la rapprochement avec le WWF qui a été, lui aussi, fondé par un nazi, le prince Bernhard du Danemark.

Il s'agit, pour l'éditeur, de "nourrir les débats d'informations rigoureuses". Défense de rire... Il s'agit de prendre place dans le "train du climat", celui qui va parcourir la France pour prêcher la bonne parole contre ces méchant Klimato-skeptiques qui voudraient que la science soit autre chose que du business.

Cet "engagement prend la forme d'un cahier hors-série regroupant les auteurs maison, priés de contribuer à leur façon à la propagande onusienne et de se mettre "au chevet de la planète". Pour les lèche-culs, c'est par là.

Le principal impact scientifique de la COP21 est surtout déontologique : il s'agit surtout d'imposer au monde des chercheurs, par le chantage des bons sentiments, un modèle financier en oppsition totale avec le modèle républicain (au vrai sens du terme) qui assurait la sincérité des débats par l'absence d'intérêts financiers majeurs. La science, privée de conscience, s'en donne à coeur joie : les révélations des pratiques des industriels du sucre pour nous faire avaler leur poison montrent bien comment l'outil scientifique est utilisé dans le monde anglo-saxon pour nourrir les appétits des actionnaires. En France, c'est à la généralisation de ce modèle que nous assistons : l'écologie, anti-républicaine par nature, est l'outil rêvé pour ce travail.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article