Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nadine Morano veut-elle faire de la France une nation de dégénérés consanguins ?

par Erasmus Tharnaby

Nadine Morano veut-elle faire de la France une nation de dégénérés consanguins ?

Depuis les propos de Nadine Morano sur le fait que "la France est un pays de race blanche", des arguments de toutes sortes ont jailli de la gauche bien pensante pour établir un certificat d'ânerie à l'ancienne ministre de François Fillon. Parmi eux, beaucoup se sont penchés sur la notion de race, pour montrer que, même si elle cite le Général De Gaulle, Nadine n'est pas obligée de donner crédit à un concept de race totalement obsolète et déplacé.

Elle voulait peut-être dire "peau" à la place de "race" puisqu'après tout c'est la peau qui est blanche dans la race blanche. "La France, pays de peau blanche" aurait plu aux électeurs de Marine Le Pen.

Il aurait fallu ignorer que la cour du roi Louis XVI s'enorgueillissait déjà d'un noble à la peau noire, Joseph Bologne de Saint Georges, dit le Chevalier de Saint Georges, escrimeur, violoniste, compositeur et chef d'orchestre, né à la Guadeloupe en 1743 et mort en 1799.

Ce personnage surdoué auquel les escrimeur du monde entier rendent encore hommage n'est qu'un échantillon représentatif des qualités françaises d'accueil et d'intégration. Il donne autant à méditer que l'étude publiée en 2013 dans The Lancet quantifiant de façon statistique que :

1- la consanguinité provoque deux fois plus d'anomalies génétiques,

2- le mélange du matériau génétique donne des enfants plus grands et plus performants du point de vue cognitifs.

L'étude portant sur plus de 350 000 individus, on est porté à croire qu'elle est significative.

Ce n'est pas parce que le Général le dit que c'est vrai et, quant à choisir une référence, il vaut mieux ne pas prendre celle-là. En politique, il n'y a pas l'infaillibilité papale et le Dieu de Nadine Morano peut aussi avoir dit des conneries.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article