Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COP21 : Ecologie et Front (inter)national

par Erasmus Tharnaby

COP21 : Ecologie et Front (inter)national

A l'occasion de la COP21, les nations ont décidé de surenchérir dans le domaine de la vertu écologique. En quelques mois, l'environnement est devenu une priorité, un axe de leur politique, fût-elle corrompue, une qualité cardinale à cultiver sans délai.

Un conclave se réunit donc, à discuter du sexe des anges tout en interprétant des données et des conclusions scientifiquement frelatées.

Il y a trois jours, le plumitif culturel Augustin Trapenard recevait la chorégraphe Maguy Marin pour la reprise de son spectacle Umwelt. Il commençait son émission par une sorte de glose assez lyrique sur le mot "environ". Il montrait comment ce mot désigne à la fois une approximation insatisfaisante et ce qui se trouve autour de nous. Involontairement, il faisait le parallèle entre la mise à distance, la frontière, l'exclusion que ce mot implique, désignant implicitement la xénophobie ambiante suscitée par le climat politique et social lié au terrorisme, à la crise des migrants et bien sûr à la montée du fascisme en France.

Soudain conscient d'avoir révélé par là une vérité qui lui fût dure à entendre, le laborieux propagandiste concluait pataudement par un bref "Je préfère environnement à environ." Mais bien sûr, personne n'est dupe. L'environnement, comme nos environs, n'existe que par la création d'une frontière entre un dehors et un dedans. C'est même, dès le départ, tout l'intérêt des théories du fondateur de l'écologie Ernst Haeckel et des ses continuateurs dans la pensée systémique. Raisonner en calculant ce qui entre et ce qui sort d'un "écosystème", c'est précisément le coeur idéologique du réacteur environnementaliste.

C'est pourquoi le boboïsme écologiste et New age entretient un dialogue aussi serré avec le Front national de la famille Le Pen depuis trente ans. Le fond théorique est le même et ces deux mouvements d'opinion ne sont que les deux facettes d'une même problématique : comment maintenir nos privilèges tout en tenant à distance les indésirables ?

Côté fascistes, aucune difficulté à cerner ce discours. Côté écolo-bobo, ne pourront survivre à l'instauration de la cité bobo-idéale que les heureux élus qui pourront aller au travail à vélo ou en voiture électrique et pourront s'acheter un appartement écolo-compatible. Les autres paieront des impôts.

Et la suite de l'émission n'a pas contredit cet aspect des choses. Le dialogue avec la chorégraphe présente dans le studio s'est émaillé de saillies significatives de l'incompréhension qui habite les milieux culturels boboïstes.

Par exemple : "Voter Front national aujourd'hui après ce qui s'est passé, ça me semble d'une violence hallucinante." Pour dire une ânerie pareille, il faut vraiment se boucher les oreilles.

Suit une charge pleine d'ingratitude sur l'individualisme. Maguy Marin remarque qu'effectivement l'urbanisme et notre mode de vie permettent de placer loin de nous ce qui nous dérange, ce que l'on n'a plus envie de voir. C'est effectivement ce que font les néo-constructeurs de centre-ville écolo-compatibles, qui souhaitent repousser à la périphérie tout ce qui ne fait pas de vélo et ne fait pas ses courses en boutiques. Ces salauds de pauvres qui vont au travail en voiture et font leurs courses en hyper n'occupent jamais les habitations éco-plus-plus imaginées par les amis architectes de M. Trapenard.

Pour Mme Marin, qui rame un peu devant les questions de l'acquiesceur en chef, le Front national arrive aux manettes des régions uniquement pour des raisons culturelles et de connaissance. Même si ce n'est pas faux, elle n'a visiblement pas bien étudié la question.

"Il y a une défection dans la transmission aux jeunes et aux enfants qui a manqué depuis très très longtemps, le manque d'attention à ce qu'on enseigne aux enfants, comment est-ce qu'on leur parle, comment on leur explique les choses, et ça ... ça ... euh... l'horreur... on parle plus de trouver un emploi que de valeurs en réalité, comment faire pour trouver un emploi qui soit pérenne, etc. ce qui est normal comme souci mais en fait le premier souci c'est que les enfants, nos enfants soient euh... empreints des valeurs d'humanité, des valeurs d'amour aussi vis à vis des autres."

"Des artistes participent au Front national mais ce sont pas des vrais artistes."

Tout y est. Les critères d'exclusion/inclusion et la frontière elle-même. L'environ, l'environnement s'établit naturellement au-delà d'une frontière culturelle où les artistes perdent leur statut d'artistes. Si l'on veut réellement combattre le Front national et ses valeurs anti-républicaines, celles-là même que Sarkozy ne trouve pas du tout immorales, la première chose à faire est de se placer, culturellement, ailleurs que dans cette sphère médiatico-parisienne gaucho dont les réflexes de pensée sont grosso modo les mêmes que ceux qu'ils prétendent combattre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article