Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France vers le cauchemar autrichien

par Erasmus Tharnaby

La France vers le cauchemar autrichien

Les médias français commentent avec gourmandise le dramatique scrutin qui vient d'endeuiller l'Autriche : pour la première fois depuis 1945, les deux grands partis démocratiques qui se partageaient le pouvoir se sont pris une veste magistrale aux élections présidentielles. Les deux partis en tête en sont pas démocratiques : le premier est un groupuscule néo-nazi enflé artificiellement à force de discours populistes et xénophobes, le deuxième est un conglomérat tout aussi démagogique regroupé autour d'une personnalité écologiste.

Les néo-nazis du FPÖ de Norbert Hofer ne constituent pas à proprement parler un parti politique démocratique : c'est un outil pour conquérir le pouvoir mais en aucun cas un appareil destiné à produire et à raffiner une quelconque idéologie. Le racisme et l'antisémitisme existent depuis belle lurette dans ce pays qui n'a pas été dé-nazifié après la Seconde Guerre mondiale, puisqu'il était du côté des vainqueurs. Tout ça préexiste à ce non-programme politique basé sur la purification ethnique.

Les écologistes ressemblent comme deux gouttes d'eau à leurs cousins du FPÖ. L'écologie malthusienne, ses oeuvres et ses pompes nous viennent tout droit d'Angleterre. L'idéal de pureté et de vide qui fonde, comme une sorte de nouveau fascisme, l'écologie moderne ne constitue pas un programme démocratique. On voit comment, en France et dans le monde, toute progression de l'écologie se traduit immanquablement par de nouvelles taxes et de nouvelles privations de libertés (éco-taxes en tous genres, compteur électrique Linky, marché carbone, etc.) assorties d'une copieuse propagande.

Le paysage politique autrichien vous en rappelle un autre ?

Il y a quelques jours courait le bruit selon lequel Nicolas Hulot pourrait faire consensus parmi les révolutionnaires papicoles de la Nuit Debout pour devenir une sorte de candidat de substitution pour les élections présidentielles de 2017. Un site lui est même consacré !

Ce qui, après la une de L'Express enjoignant Hollande et Sarko de ne pas se représenter, nous ferait une finale Hulot/Le Pen à la présidentielle. Entre la peste brune et le choléra vert...

Il est encore temps pour les citoyens de faire valoir leur ras-le-bol de l'écologie et de sa propagande perverse. Pas un média, pas un véhicule culturel (y compris les livres de classe) ne lui échappe. Il est temps que les partis de gauche (les vrais) se passent de ce substitut politique qu'est l'écologie pour se consacrer à de la vraie politique, à la finance, à la spoliation des ressources fiscales de l'Etat français par les grands groupes multinationaux, à une vraie redistribution des profits en direction des classes défavorisées et des classes moyennes, au limogeage de Jean-Pierre Pernod, etc.

Pour éviter, en France, le cauchemar des élections autrichiennes.

Commenter cet article