Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Douces intempéries

par Erasmus Tharnaby

Douces intempéries

Avec les intempéries de ces derniers jours, on pourrait penser que les ayatollahs du climat la mettraient en veilleuse. Il faut bien reconnaître que la propagande a tellement bien marché qu'elle continue en boucle sans avoir besoin d'être alimentée de nouveaux mensonges. La fiction prend le pas sur la vérité.

Tout d'abord, comme l'a bien détaillé Philippe Verdier dans son livre Climat Investigation, il n'y a qu'un rapport extrêmement lointain entre météo et climat. Un peu le même rapport qu'entre un quotidien d'information et une thèse en sociologie. Associer sans vergogne climat et météo comme le fait le site de Météo France est une absurdité scientifique.

On ne peut donc rien déduire de cet épisode déplaisant et surtout pas que le climat se dégrade. La réalité du réchauffement climatique, grossièrement recyclé en "perturbation climatique" ne peut s'établir que sur un temps relativement long et surtout à partir d'une logique de confrontation scientifique qui ne passe pas par les médias. L'invention ultra-rapide du terme méprisant de "climato-sceptique" en dit long sur l'accès des commanditaires de la COP21 au lexique journalistique. La seule présence de ce mot oblitère toute sincérité dans un débat de nature scientifique.

On lira donc avec intérêt la chronique des vaticinations climatiques de la COP21 dans le dernier livre de Benoit Rittaud, du groupe des climato-réalistes, Ils s'imaginaient sauver le monde, aux éditions Books.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article