Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le climat, arme de diversion massive

par Erasmus Tharnaby

Le climat, arme de diversion massive

Les pluies diluviennes qui s'abattent sur la France actuellement sont un don du Ciel pour le gouvernement. Elles dispersent les manifestations plus efficacement que les canons à eau, les grenades lacrymogènes et les flashballs de M. Cazeneuve. Et M. Valls, le premier ministre, peut tout à loisir donner du menton sans risque d'être contredit.

Depuis l'arrivée du pseudo-réchauffement planétaire dans le paysage politique, la moindre perturbation météorologique prend des allures de catastrophe climatique majeure, anxiogène comme il se doit, et susceptible de ramener à la raison n'importe quel contestataire en herbe, n'importe quel militant aguerri, n'importe quel intellectuel : dans les médias, les micros sont fermés. Plus rien n'existe à part la pluie au printemps, la canicule en été ou la neige en hiver.

Et ce n'est pas un hasard. L'écologie a déjà idéologiquement vidé la gauche de sa substance revendicative. C'est à cette tâche qu'elle était destinée. Réinventée à partir de la fin des années 60 par des multinationales et des personnalités d'extrême-droite, la doctrine néo-malthusienne du Club de Rome, du WWF et autres groupuscules n'a eu pour but que de dissimuler sous des monceaux de bons sentiments une idéologie nauséabonde.

Certes, les pluies n'ont pas été commandées par le gouvernement ! Mais leur instrumentalisation est devenu comme une sorte de réflexe chez les journalistes. Ras-le-bol de la politique ! Vive la météo ! C'est plus vendeur, c'est plus facile et ça prend moins de temps... D'où l'absence totale de couverture médiatique des grèves dans d'autres services que les transports, comme les déchets ou les hôpitaux, et l'absence quasi naturelle et admise de couverture des mouvements dans les entreprises privées.

Il reste aux syndicats à intégrer ce nouveau paramètre et à sursoir les grèves et autres journées d'action pour laisser passer l'orage médiatique. A partir de samedi prochain, on peut recommencer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article