Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boycott de Lactalis : bonjour la récupération écolo !

par Erasmus Tharnaby

Boycott de Lactalis : bonjour la récupération écolo !

On peut aller sur le site i-Boycott.org pour lire la déclaration d'un certain Christophe P., producteur de lait, qui est comme beaucoup de ses collègues, étranglé par les conditions financières faites par l'industriel des produits laitiers Lactalis. Alors que partout ailleurs en France, les 1000 litres sont payés 290€, le prédateur paye la même quantité 256,90€, un écart de prix qui justifie le mouvement social et le blocage du siège de Lactalis à Laval.

Ce fermier malheureux constate aussi que le souci dont l'industriel se prévaut à l'égard des producteurs est en réalité totalement inexistant. L'article raconte ainsi : "Dans un article du 22 août publié sur France Bleu, un éleveur laitier explique que lorsque l'usine avec laquelle il était contractuellement lié est passée sous le contrôle de Lactalis, l'accompagnement dont les producteurs bénéficiaient en a beaucoup souffert : "Quand Lactalis a racheté l'usine, on a progressivement senti qu'on n'était plus que des fournisseurs de matières premières. Les techniciens ne passaient presque plus nous donner des conseils, on se sentait comme des pions dans l'entreprise !"."

On voit bien que l'essentiel de la revendication est financière et liée à la reconnaissance du travail en général.

Or nous lisons plus bas sur ce site i-Boycott.org une partie intitulée "Pour les consom'acteurs les plus sensibles à la cause animale". Cette partie de l'article détourne totalement le propos du premier producteur puisque pour son rédacteur, il s'agit d'"offrir des conditions d'élevage plus respectables pour l'Animal" (animal avec un grand 'A') pour des motifs essentiellement malthusiens : "permettre aux producteurs de s'orienter vers les méthodes d'élevage extensif caractérisées par une faible densité de bovins à l'hectare". Quel est le rapport ?

Visiblement, cette partie a été ajoutée a posteriori. Certaines parties manquent et des phrases sont incomplètes. Elle est assortie, comme d'habitude chez les écolos, par une webographie postiche sans le moindre intérêt... Argumentum pessimi turba est, comme disait Sénèque.

J'ignore ce que Christophe P., producteur de lait menacé par la prédation de Lactalis, pense de l'animal avec un grand 'A' mais il me semble que ses préoccupations n'étaient pas celles qu'il avait à l'esprit quand il a rédigé cet appel au boycott. Le "consomm'acteur" autoproclamé qui a pris la plume après lui n'a pas pris la peine de signer et c'est fort dommage.

En tous cas, voilà un bel exemple de conflit où les bons sentiments, totalement déplacés, de la cause anti-spéciste viennent troubler le message clair et réel des opposants à une forme de prédation financière. Parasiter un vrai débat de gauche, c'est bien la vocation de l'écologie, la meilleure amie des financiers.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

carol 27/08/2016 19:25

Les producteurs de produits laitiers danois et allemands sont ravis de ce boycott d'autant plus qu'ils ne sont pas subventionnés par leurs pays

Erasmus Tharnaby 28/08/2016 08:47

Et à quel prix les Danois vendent-ils leur lait ?

carol 27/08/2016 19:22

1

Sceptique 27/08/2016 18:22

Le conflit entre Lactalis et ses fournisseurs de matière première, n'est ni de gauche, ni de droite, mais d'intérêts, uniquement. À moyen ou long terme, la politique de Lactalis est malsaine, stupide, et pourrait se retourner contre elle.
Lactalis est on ne peut moins"politique", au sens premier du terme.

Erasmus Tharnaby 28/08/2016 08:46

Navré, Sceptique, mais un conflit opposant maîtres et serviteurs se situe parfaitement dans la lecture marxiste du système d'oppression capitaliste.
Mais foin des grands mots et content de retrouver votre scepticisme !