Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abus de confiance

par Erasmus Tharnaby

publié dans France

Le Nouvel Observateur, l'organe central du Parti des Bons Sentiments (c'est à dire la gauche d'extrême droite), cherche à nous faire comprendre comment le réchauffement climatique menace des espèces non-menacées avec cet article. Avec une bonne dose d'auto-persuasion et de conditionnels, le plumitif appointé à la cause fait état d'une étude de l'UICN à ce sujet.

Autant dire que l'esprit critique n'est pas la préoccupation première de ce type d'article. En effet, l'UICN est officiellement une ONG mais en réalité, c'est un organisme financé par l'ONU et destiné à promouvoir la vision malthusienne des partisans du réchauffement planétaire. Fondé en 1948 à l'issue d'une conférence internationale à Fontainebleau, il est dès le départ placé sous l'égide de l'UNESCO.

L'orientation malthusienne de l'étude est manifeste : "La perte de l'habitat animal provoquée par la hausse de la population humaine, la surexploitation et la présence d'espèces envahissantes sont les principales causes d'extinction (...)."

Avec des formulations comme : "Un groupe de scientifiques de l'Onu a estimé que 20 à 30% des espèces au niveau mondial sont confrontées à un risque croissant de disparition si les températures augmentent de plus de deux ou trois degrés au-dessus des niveaux de l'ère pré-industrielle." on aboutit à de terribles certitudes. Celles que l'ONU se paie notre tête. Avec des "si", on mettrait Paris en bouteille, comme dit le proverbe. C'est déjà un peu ce que font les écologistes à Paris depuis qu'ils y sont. La politique anti-voiture radicale du conseiller Cochet n'a produit jusqu'ici que des embouteillages.

Pendant que le Nouvel Obs et l'ONU se moquent du monde, Marine Le Pen continue sa progression, soutenue avec un zèle insurpassable par toute la classe politique en déconfiture. A gauche (enfin, si l'on peut dire...), l'affaire Cahuzac n'en finit pas de nous faire rire jaune tandis qu'à droite (enfin, ce qu'il en reste après cinq ans de sarkozisme), l'affaire d'Etat n'en est qu'à ses débuts. Inutile de s'énerver, pas la peine de faire le coup de poing, de promouvoir la purification ethnique devant un camp de Roms comme elle l'a déjà fait : la fille de Jean-Marie Le Pen se disculpe mollement face à l'agression ignoble d'un militant du Front de Gauche. Elle sait que le temps travaille pour elle ainsi que les hommes politiques.

La location dispendieuse de locaux au Boulevard Haussmann pour la Banque Publique d'Investissements arrange bien les affaires de l'extrême droite : pendant que les Français se serrent la ceinture et voient leur pouvoir d'achat en chute libre, les élites autogènes continuent de se croire à la cour de Louis XIV. Le Front national, l'ami du pognon, joue sur la vague du paupérisme pour conquérir le pouvoir et conforter celui de ses amis les riches.

L'écologie façon ONU, avec son discours alarmiste, ringardise totalement le discours de progrès qui devrait prendre le relais et redonner de l'espoir. C'est pourquoi le Front de Gauche ne parvient pas à s'imposer. Promoteur d'un message écologiste pas clair et boudé par les journalistes, Mélenchon n'arrive pas à renverser la tendance. Il fait l'erreur de se battre sur un terrain déjà occupé depuis les années soixante par les écolo-malthusiens, c'est à dire par l'extrême droite.

Avant le hold up électoral final que s'apprète à lancer Marine Le Pen en abusant de la confiance de l'électorat populaire avec des promesses néo-poujadistes et racistes, Mélenchon doit absolument changer de stratégie et débarrasser le message progressiste de la gauche du fatras écolo avec lequel il se trouvera obligatoirement perdant.

J'ai les sous !

J'ai les sous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sceptique 29/06/2013 15:31

Aucun message écologique n'est clair et franc, en dehors du mouvement écologique pur et dur. les autres partis, de gauche, ou de droite, le singent parce qu'ils ont peur des reproches prophétiques des verts, mais leur projet d'un productivisme libéral ou dirigiste n'est pas compatible avec une décroissance organisée (mais elle peut être "accidentelle").
Pour ma part, je ne considère l'extrême droite que comme un symptôme, exprimant le fond conservateur du peuple français. Il veut bien le changement, mais pour les autres. Dans notre histoire, hors période de l'occupation, l'extrême droite n'a jamais été qu'une force de contestation, se dissolvant avec le temps dans la droite modérée.
Il ne faut pas tenir pour nuls et non avenus les thèmes xénophobes du FN. Ces thèmes sont répandus dans toutes les couches de la population, xénophobe car non indifférente à l'étrangeté, justement. S'asseoir dessus a été la vraie cause de l'échec de Jospin et du 21 Avril 2002. Manuel Valls est très préoccupé par la "passion de l'ignorance" à laquelle se forcent les partis de gauche.

Erasmus Tharnaby 30/06/2013 00:38

Tout à fait de votre avis sur le FN et le 21/4. Le Front de gauche essaie d'être plus progressiste avec un programme innovant, mais les crypto-écolos sont là pour veiller au grain !