Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Algues vertes : à quoi sert l'écologie gouvernementale ?

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

   Cette nouvelle inauguration, rapportée par France Info, montre bien que le ministère de l'écologie ne sert strictement à rien. La politique qui consisterait à réguler les émissions de lisier ou à les retraiter est avant tout une question de santé publique et d'agriculture. Qu'a à faire l'écologie là-dedans ?

   D'où l'idée déjà émise ici, de dissoudre purement et simplement le ministère de l'écologie. Gain pour le budget de l'Etat : 13,6 milliards d'euros en 2010.

Commenter cet article

pieer vanbroeders 10/08/2010 13:12


les écologistes avaient trente ans d'avance,et ils ont alertés l'opinion publique sur pas de sujets...rendons à César ce qui est à César!!!


Erasmus Tharnaby 10/08/2010 19:34



Il y a un problème fondamental dans ce type d'assertions.


La dénomination "écologiste" ou "écologie" est surtout la concrétisation d'une intention, véhiculée par une méthode, mais EN AUCUN CAS la validation de la nature scientifique de la chose en
question.


Les BIOLOGISTES, qui ne s'attribuent pas forcément l'étiquette écologiste, peuvent avoir, eux aussi, signalé tel ou tel problème. Les gens de la DGCCRF ou de la DDASS aussi. C'est leur métier.
Les citoyens aussi.


Si, maintenant, il faut s'intituler écologiste pour défendre la santé publique, pourquoi pas ? Ça ne fait pas de l'écologie une SCIENCE mais le réceptacle d'une forme de colère (comme dirait
Sloterdijk). Cette collecte est facilitée par les médias et prend toutes sortes de formes de coercition financière (impots, attribution de crédits).


C'est ce qui distingue la biologie de l'écologie; si on excepte une question de méthode (la notion de clôture, comme je l'ai expliqué ailleurs). Le reste relève d'une question d'intention.



novak 29/07/2010 21:02


Bonjour,

comme vous semblez ne pas comprendre la différence...

voici ce que l'on peut trouver sur Wikipedia

Biologie : Science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et de l'histoire naturelle des êtres vivants (ou ayant vécu).
Extrêmement vaste, l'étude de la biologie nécessite un morcellement en domaines d'études, (...) ayant l'avantage de clarifier les thèmes, qui consiste à définir des niveaux d'organisation.

Ecologie : L'écologie est au sens large le domaine de réflexion qui a pour objet l'étude des interactions, et de leurs conséquences, entre un individu (isolé et/ou en groupe social constitué) et le
milieu biotique et abiotique qui l'entoure et dont lui-même fait partie ; les conséquences étant celles sur le milieu, mais aussi celles sur l'individu lui-même.

Et si je me "présente" comme vous dites, en tant qu'écologue c'est tout simplement parce que la génétique, la microbio, la biochimie, la biologie cellulaire, la physiologie, la systématique...c'est
un peu trop loin pour moi pour que je puisse me "présenter" comme "biologiste"...

Etudiant plus précisément les communautés d'espèces et leur conditions d'existence...je préfère effectivement me "présenter" en tant qu'écologue. Non pas parce que c'est "à la mode" mais bien parce
que c'est mon domaine de compétence, en toute humilité évidemment puisque je n'ai pas la prétention de tout savoir.

Et donc l'écologie est bien une science puisque il est possible de faire des observations, d'émettre des hypothèses, de mettre en place des expérimentations et de vérifier si oui ou non nos
hypothèses sont valides. Ajoutons à cela la répétabilité des expériences.

Et si je vous donne des exemples qui peuvent peut-être paraitre extrêmement barbant, veuillez m'en excuser...j'estime qu'il est nécessaire d'informer et en même temps utile d'illustrer mes propos!
tout simplement.

Cordialement,
Novak


Erasmus Tharnaby 10/08/2010 20:05



Wikipedia n'est pas toujours une référence.


Je me souviens du débat vérolé autour de l'article Climategate.


Voulez-vous dire que l'écologie est une branche de la cybernétique. Soit. Historiquement, c'est beaucoup plus cohérent. Connaissez-vous Gregory Bateson ?


Dans ce cas, vous êtes cybernéticien et biologiste.


Appelons ça l'écologie, mais ça n'en fait pas une science puisque la cybernétique N'EST PAS une science mais une idéologie.


CQFD.



Novak 25/07/2010 17:52


J'ai lu votre réponse en diagonale il est vrai. Soit! Veuillez m'en excuser.

bon je reprends tout.

Vous dites "J'ai bien conscience qu'en disant que l'écologie n'existe pas ou qu'il vaudrait mieux qu'il n'y ait pas de Ministère de l'Ecologie du tout, je peux choquer ceux qui en vivent."

Si je trouve votre propos, on va dire "choquant" mais je dirais plutôt "navrant", ce n'est absolument pas parce que "j'en vis" même si en effet je gagne ma vie à faire de l'"expertise" faisant
appel à des connaissances en écologie pour répondre à des demandes en ce qui concernent des enjeux environnementaux...soit! mais ne voyez pas dans mon ton légèrement agacé une quelconque réaction
par rapport à ma profession, vos propos me navrent indépendamment de cela.

Vous dites :"il vaudrait mieux dire que l'étiquette écologie regroupe des pratiques très différentes qui ont toutes déjà leur domaine propre, comme la sécurité du travail, la santé publique, la
protection des espèces menacées ou l'équilibre biologique

...on appelle cela le domaine de l'écologie de la conservation au passage...

vous faites donc vraiment une allergie au mot écologie, mais dans ce cas faites vous désensibiliser ou je ne sais quoi d'autre car pourquoi s'empêcher d'utiliser le terme adéquat quant il
existe?
parce que selon vous le terme "écologie" serait lié à une idéologie quelconque, soit disant anti-humaine...vous nous en avez déjà parlé...mais bon le Parti socialiste ne va pas changer son nom
parce que hitler faisait du national socialisme?? nous aurions donc plus le droit de parler de socialisme parce que ce terme est dans l'histoire associé à des idéologies abjectes?

et puis sachez que les anglo-saxons ont en fin de compte résolu votre problème allergico-sémantico-idéologique puisqu'ils distinguent bel et bien les "environmentalist" (chez nous les
"écologistes") des "ecologist" (chez nous les "écologues") cette distinction est donc plus nette et évite ainsi qu'il y ait confusion des genres puisqu'il est vrai les uns se positionnent en tant
que "défenseur de l'environnement" mais sans qu'il y ait nécessairement une argumentation bâtie sur des faits scientifiques alors que les autres, les écologues se placent en premier lieu en tant
que scientifiques étudiant les écosystèmes, dans leur composition, structure et leur fonctionnement dans le but de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons avec bien évidemment une
application possible clairement en faveur de sa protection puisque certains ont manifestement compris que nous devions défendre le "monde" qui a vu "naître" l'Homme, si nous ne voulons pas que la
vie soit de plus en plus incertaine et difficile pour lui et son prochain...c'est aussi simple que cela.

Vous dites aussi "Ce que fait l'écologie équivaut à regrouper toutes ces choses et les DEPLACER sur un terrain idéologique anti-humain, sans toujours qu'elles s'en rendent compte"

d'une, ne croyez pas les gens trop naïfs non plus...et de deux les personnes qui soutiennent des idéologies anti-humaines n'ont pas besoin de faire appel à l"écologie" pour les défendre...c'est
juste de la "récupération" de thèmes porteurs et sur lesquels il est possible de faire véhiculer des propos alarmistes, déformés aussi,...c'est une vitrine qui fonctionne bien sans doute mais donc
faites plutôt le procès de l'intolérance, de l'ignorance et des récpérateurs de ce terme à des fins non altruistes et j'en passe plutôt que celui de l'écologie qui est je le rappelle encore et
encore une discipline scientifique également...et donc dénuée d'idéologie, la méthodologie scientifique est amorale, c'est ce que l'homme en fait qui peut être immoral...

Vous dites également "En effet, si les algues vertes provoquent des émanations de gaz toxiques pour l'homme, comme on l'a vu dans les journaux, ça ne rend pas l'écologie utile pour autant, bien au
contraire : le problème EST BIEN de l'ordre de la santé publique. Si l'écologie doit jouer le rôle d'avertisseur, youpi... Elle a trouvé une utilité (et vous aussi...)."

bon, et bien le rôle de l'écologie est ici primordial puisque il peut même se positionner à différents niveaux évidemment ce n'est qu'un exemple :

--> des recherches pour une meilleure compréhension des processus de "bloom algaux" ce qui est déjà bien entamé

--> cette connaissance permettant de mieux comprendre quelles sont les conditions nécessaires pour leur apparition et donc d'identifier, les zones à différents niveaux de risque et ainsi de
mettre en place des actions à différents niveaux et adaptées pour agir
- en amont à la racine du problème c'est à dire les intrants
- en aval sur la restauration des milieux aquatiques notamment sur leur dimension "physique" pour optimiser leur fonctionnement et leur rôle notamment épuratoire et éviter de réunir les conditions
responsables de l'eutropisation

pour ce faire il y a besoin, de connaissances, de moyens etc, l'écologie trouve son utilité pas seulement dans sa capacité à détecter des dysfonctionnements et des contradictions mais dans sa
capacité à proposer des mesures pour recouvrir un fonctionnement "normal"...notamment en ce qui concerne l'"eau" il y a quand même un gros boulot à fournir si l'on veut pouvoir boire une eau de
qualité...d'ailleurs c'est vraiment pas gagné car dans certaines zones, les préfets sont aujourd'hui contraints de fournir des dérogations exceptionnelles pour autoriser la distribution d'une eau
dite "potable" et qui ne le serait pas! évidemment cette dérogation reste exceptionnelle mais dans certains secteurs il n'existe plus de ressources en eau de suffisamment bonne qualité pour pouvoir
effectuer des mélanges de masses d'eau permettant de passer en dessous des seuils maximaux autorisés.

Bon pour finir et vous donner mon avis, je pense sincèrement que vous avez justement une connaissance très parcellaire sur certains domaines ce qui fait que vous ne prenez pas pleinement conscience
des enjeux, ce pourquoi vous en devenez virulent envers l'écologie puisque vous ne voyez pas l'intérêt de cette discipline ou domaine d'étude.

après vous êtes tout a fait en mesure d'identifier et c'est je pense surtout envers quoi vous lancez des attaques, c'est en ce qui concerne les aspects "récupérations", ou mise en place d'"actions"
inutiles et inappropriées qui peuvent être mis en place par notre gouvernement par exemple...mais ça c'est un problème de "gouvernement" pas d'écologie!

Cordialement,

Novak


Erasmus Tharnaby 29/07/2010 16:54



Désolé, j'ai essayé d'être compassionnel. C'est loupé.


Vous ne pouvez nier qu'il se trouve une foule de personnes physiques et morales qui profitent du bizness vert. C'était le sujet d'un récent Dossier du Canard dont je vous conseille la lecture.
Vous faites partie de ce mouvement, quelque soit la sincérité de vos opinions.


Sur l'emploi du terme écologie, et sa duplication ad nauseam dans tout éco-bizness qui se respecte (on paye une éco-taxe, on met de l'éco-carburant dans sa voiture, etc. et même des
éco-jeux de hasard en ligne...), j'ignore toujours si vous lisez ce que j'écris mais les éléments historiques concernant la naissance du mouvement écologique sont parfaitement vérifiables. Les
"selon vous" sont donc inutiles.


Il y a une différence fondamentale entre l'idéologie du Parti Socialiste (s'il en reste encore un peu) et celle de l'écologie : le PS repose sur un contenu politique, une idéologie qui, lorsqu'on
en parle, ne se dissimule à aucun des interlocuteurs.


L'écologie, bien au contraire, fonctionne comme une évidence. Pour beaucoup de gens, il ne s'agit pas d'un idéologie mais d'un ensemble de prescriptions "évidentes". Or j'ai la faiblesse de
croire qu'il n'y a qu'un pas entre l'évidence et le totalitarisme.


En clair, l'écologie est une idéologie (que j'ai le droit de trouver ABJECTE) qui ne dit pas son nom, qui avance par reptation dasn les esprits pour les amener à penser ce qui serait inconcevable
dans une République digne de ce nom, des formes idéologiques comme la décroissance ou l'équivalence de droit entre les hommes et les animaux.


D'autre part, il y a une différence entre Parti Socialiste et National Socialisme. Alors qu'il n'y en a pas entre Ecologie (la votre) et Ecologie (la leur).


Cette querelle sémantique cache le fond du problème : ce que vous appelez écologie est de toutes les façons une coquille vide que l'on remplit, par amalgame et abus de langage, avec des éléments
issus d'autres sciences.


Sur ce point : "les personnes qui soutiennent des idéologies anti-humaines n'ont pas besoin de faire appel à l"écologie" pour les défendre...c'est juste de la "récupération" de thèmes porteurs et
sur lesquels il est possible de faire véhiculer des propos alarmistes, déformés aussi,...c'est une vitrine qui fonctionne bien sans doute mais donc faites plutôt le procès de l'intolérance, de
l'ignorance et des récpérateurs de ce terme à des fins non altruistes et j'en passe plutôt que celui de l'écologie qui est je le rappelle encore et encore une discipline scientifique
également...et donc dénuée d'idéologie, la méthodologie scientifique est amorale, c'est ce que l'homme en fait qui peut être immoral..."


Vous faites encore une fois l'erreur de considérer que l'écologie est une science, comme les mathématiques ou la biologie. L'Histoire donne une objection nette à ce point : l'idéologie
anti-humaine est présente DES LA NAISSANCE de l'écologie. Elle lui est CONSUBSTANCIELLE. Je ne connais pas un seul écologiste qui ne soutienne pas qu'il faudrait moins d'humains sur Terre. Le
coup de maître de l'invention de l'écologie est précisément d'en faire une science, réputée amorale. Mais il faut comprendre que cette absence de critère moraux est précisément ce qui met
l'écologie à l'abris de la contestation et en fait une idéologie d'une extrême dangerosité.


Je ne vois pas très bien la différence, dans les exemples que vous donnez, avec la biologie.


Le seul avantage, c'est que si vous vous présentez en tant qu'écologue, vous avez davantage de crédit (estime et finance) qu'en tant que simple biologiste. Question de mode.


Pour finir, la thématique de ce blog est la lutte contre une idéologie qui ne dit pas son nom. Je me contrefiche de notions qui relèvent de la biologie ou d'autres corpus praxéologiques. Je
m'intéresse surtout à l'histoire, qui donne ici des clés indispensables pour éviter de prendre une chose pour ce qu'elle n'est pas.



Novak 25/07/2010 14:51


Bonjour,

allez dire à ceux qui sont morts asphyxiés par les dégagements de sulfure d'hydrogène issu de la dégradation des algues vertes que les algues vertes n'ont pas de conséquences directes sur
l'humain...et ce n'est qu'un exemple des conséquences de l'europhisation et de la pollution généralisée des masses d'eau...ne faites pas l'imbécile s'il vous plait, un peu de décence quand
même...

Cordialement,

Novak


Erasmus Tharnaby 25/07/2010 15:12



Je n'ai rien dit de ce genre. Relisez mieux (j'ai une méthode d'apprentissage de la lecture à l'attention des adultes, si vous le souhaitez) et vous ne lirez nulle part que les alhgues vertes
n'auraient pas de conséquence sur l'humain.


Vous déformez mes propos pour les discréditer. Ce faisant, comme vous vous y prenez maladroitement, vous allez plutôt dans le sens de mes arguments.


En effet, si les algues vertes provoquent des émanations de gaz toxiques pour l'homme, comme on l'a vu dans les journaux, ça ne rend pas
l'écologie utile pour autant, bien au contraire : le problème EST BIEN de l'ordre de la
santé publique. Si l'écologie doit jouer le rôle d'avertisseur, youpi... Elle a trouvé une utilité (et vous aussi...). Inutile de lui consacrer un ministère pour autant : il y a plein
d'organismes de contrôle sanitaires chargés de cela.


Quant à parler de décence et d'imbécillité, commencez par surveiller votre argumentation et vous défendrez mieux votre job. Je ne vous demande même pas de surveiller votre langage. Il est normal
que vous soyez irrité.



Novak 22/07/2010 20:26


Bonjour,

j'avoue que parfois je me demande aussi à quoi ils servent au ministère mais en l'occurence pour cette problématique "algues vertes", je tiens à rappeler très naïvement que ce sont d'une part les
écologues et écologistes qui ont les premiers tiré la sonnette d'alarme sur les proliférations d'algues vertes et notamment sur leurs causes dont notamment l'agriculture "intensive". La
problématique "algues vertes" est nécessairement liée à l'écologie puisque l'augmentation de la nitrification des sols et in fine des eaux modifie et dégrade les écosystèmes dont nous faisons
partie, nous humains. Ces mêmes écosystèmes qui ne sont pas en mesure de fonctionner correctement, d'où des problèmes de santé publique puisque la qualité de l'eau se dégrade (et les nitrates n'en
sont pas les seules responsables).
Ainsi, effectivement, bien d'autres domaines sont concernés par cette problématique, l'agriculture et la santé, mais il me semble que rien ne les empêchent de proposer des mesures
inter-ministérielles. Ils se connaissent après tout. Ils font tous partie du même gouvernement. Je pense donc que votre article, encore une fois, use de raccourcis et il en devient clairement
"stérile" et sans aucun intérêt autre que celui de constamment parler de l'"écologie" avec un souhait de porter le discrédit sur cette discipline et sur le thème de l'écologie en général et tout ce
qui s'y rapporte, ce n'est que mon avis. Vous faites semble t-il une indigestion de ce terme, qui effectivement est dans toutes les bouches, mais pas dans les actes en fin de compte.

Cordialement,

Novak


Erasmus Tharnaby 24/07/2010 22:43



J'ai bien conscience qu'en disant que l'écologie n'existe pas ou qu'il vaudrait mieux qu'il n'y ait pas de Ministère de l'Ecologie du tout, je peux choquer ceux qui en vivent.


Mais il vaudrait mieux dire que l'étiquette écologie regroupe des pratiques très différentes qui ont toutes déjà leur domaine propre, comme la sécurité du travail, la santé publique, la
protection des espèces menacées ou l'équilibre biologique, toutes choses bien différentes. Ce que fait l'écologie équivaut à regrouper toutes ces choses et les DEPLACER sur un terrain idéologique
anti-humain, sans toujours qu'elles s'en rendent compte.


Si donc la santé publique et l'écologie sont deux domaines DIFFERENTS, pourquoi lutter contre les algues vertes si ce n'est pas un problème qui touchent les êtres humains ? C'est que ce qui ne
les touche pas est SUPERIEUR par essence à l'humanité, et donc que cette dernière S'OPPOSE par essence au milieu dans lequel elle vit.


C'est à ce genre d'absurdités idéologiques que mène la Très Sainte Ecologie.