Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arrêt du nucléaire : un slogan simple et con

par Erasmus Tharnaby

publié dans Ecologie-Ekologio

Eva Joly l'a encore redit dans le quotidien L'Alsace : il faut sortir du nucléaire.

Le risque d'un slogan simple, c'est qu'il est souvent con.

Pour s'en convaincre, il suffit de lire l'article du dernier numéro de l'hebdo Marianne sur l'arrêt du nucléaire en Allemagne : pour compenser le déficit énergétique, le pays est obligé de faire appel à un exploitant suédois qui construit et exploitera une gigantesque centrale thermique au lignite, un ersatz du charbon généreux en CO2.

D'autres arguments sur Marianne 2 à ce sujet : l'auteur y voit un danger pour notre sécurité.

J'avais écrit, au début de ce blog, sur la nature essentiellement vicieuse et malthusienne de l'écologie. Vicieuse car exigeant une double contrainte. Ici, par exemple : moins de nucléaire et moins de CO2 à la fois.

Malthusienne, car la seule façon de résoudre ce dilemme est la réduction de la population. De fait, TOUS les écologistes sont malthusiens, même Paul Ariès.

Malthusien, ça veut dire plus de guerre et plus de famines. Ce n'est heureusement pas la direction que prend l'humanité.

Commenter cet article

nikopol 18/09/2013 16:39

Bien d'accord.
Mais pourquoi "plus de guerres et plus de famines" ?

Erasmus Tharnaby 20/09/2013 08:19

L'exemple chinois nous montre qu'une politique anti-nataliste provoque des déséquilibres profonds dans la pyramide des âges, en particulier au niveau des populations actives, et de leurs rapports avec les populations jeunes ou retraitées.
La Chine est un pays souverain, bien structuré et qui va apprendre à gérer ces situations. Mais dans des pays fragilisés par la pauvreté, la corruption ou la guerre, ou bien souvent les trois à la fois, de tels désordres aboutissent hélas à des situations de conflit plus graves encore.
De grands mouvements de population se produisent entre les pays africains du fait de déséquilibres au niveau des populations actives. En clair, de nombreux immigrés quittent leur pays pour trouver du travail ailleurs. Entre le Mali, la Côte d'Ivoire, le Sénégal, le Burkina-Faso, les situations s'enveniment souvent sur la base de différends ethniques, mais l'essentiel vient du déficit de population active dont souffrent ces pays du fait d'une situation de pauvreté assimilable à un contexte malthusien.
Comme l'écrivait Malthus : "Quand un père ne peut plus nourrir ses enfants, il faut qu'ils meurent."