Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Benoit XVI et l'écologie : rappel à l'ordre

par Erasmus Tharnaby

publié dans Monde-Mondo

Aujourd'hui, dans son discours au Corps Diplomatique, Benoît XVI a rappelé quelques principes qui montrent que le sujet de ce blog n'est pas un vain mot.
"Il convient, toutefois, que cette attention et cet engagement pour l’environnement soient bien ordonnés dans l’ensemble des grands défis qui se posent à l’humanité. Si l’on veut construire une vraie paix, comment serait-il possible de séparer, ou même d’opposer, la protection de l’environnement et celle de la vie humaine, y compris la vie avant la naissance ? C’est dans le respect que la personne humaine a d’elle-même que se manifeste son sens de la responsabilité pour la création. Car, comme saint Thomas d’Aquin l’enseigne, l’homme représente ce qu’il y a de plus noble dans l’univers (cf. Summa Theologiae, I, q. 29, a.3). En outre, et je l’ai rappelé lors du récent Sommet mondial de la FAO sur la Sécurité alimentaire, « la terre est en mesure de nourrir tous ses habitants » (Discours du 16 novembre 2009, n. 2), pourvu que l’égoïsme ne conduise pas à l’accaparement par quelques-uns des biens destinés à tous !"
Certes, je ne suis pas à la lettre les recommandations du pontife, mais il faut reconnaître qu'il vise juste par ces quelques mots.
A-t-il perçu avec suffisamment d'attention le rôle de l'ONU dans cette course à la décroissance, dans ce qui-perd-gagne économique à la mode en ce moment ? La suite nous montre que oui.
Le discours de Benoit XVI a aussi le mérite de pointer du doigt la politique de résignation qui consiste à concentrer tous ses moyens pour des causes peut-être justes (on sait bien qu'elles en le sont pas) en négligeant d'autres champs d'action réellement plus meurtriers, comme l'accès aux ressources naturelles ou la production et le traffic de drogue.
"
A l’incapacité des parties directement impliquées à s’extraire de la spirale de violence et de douleur engendrée par ces conflits, s’ajoute l’apparente impuissance des autres pays et des Organisations internationales à ramener la paix, sans compter l’indifférence quasi résignée de l’opinion publique mondiale. Il n’est pas besoin de souligner combien de tels conflits endommagent et dégradent l’environnement." tonne l'avisé Benoît. (C'est moi qui souligne)
L'ONU est donc presque explicitement mentionnée.
Ce n'est pas moi qui vais le contredire, cette fois !
Commenter cet article