Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Centre de rétention et spéculation boursière

par Erasmus Tharnaby

publié dans Europe-Euxropo

   L'écologie malthusienne, on l'a vu tout au long de ces colonnes, se donne pour objectif de supprimer ce qui est en trop, ou au moins de le rejeter vers l'extérieur du cercle, la société tout entière étant organisée comme un ensemble de barrières concentriques. L'une de ces barrières est d'ailleurs à l'honneur du magazine Marianne : il s'agit du "mur de l'argent".
   A l'image de l'idéologie positiviste dont elle est partiellement issue, l'écologie s'applique à tous les niveaux de la société. Outil universel, il envahit le quotidien le plus trivial (le nombre de nos chasses d'eau) comme la réalité politique la plus planifiée (Copenhague). Il n'y a pas de raison qu'il n'occupe pas le devant de la scène française et sa réalité la plus émétique, comme la construction d'un nouveau centre de rétention pour les étrangers.
   Il n'y a pas de raison pour qu'il n'occupe pas le devant de la scène européenne, puisque les pays de la zone euro pesant le plus lourd dans la construction, France, Royaume-Uni et Allemagne laissent sombrer les pays de l'Europe méditerranéenne. Après la Grèce qui a vu le niveau de crédibilité de sa dette dégringoler, menaçant le pays de faillite, c'est au tour de l'Espagne d'être menacée. Et ce n'est probablement pas fini puisque d'après Nouvelle Solidarité, "la finance anglo-saxonne" qualifie désormais ces pays de "PIIGS" (Portugal, Italie, Irlande, Grèce et Espagne), c'est à dire "pigs" (cochons). L'intention évidente, de la part de ces philanthropes, est bien de saigner la bête, pratiquant ainsi, sans s'en rendre compte, une nouvelle fracture en Europe, à l'encontre de toute forme de solidarité qu'impliquerait une union politique digne de ce nom.
   Le laisser-faire se traduira par de nouvelles difficultés pour les populations pauvres, à commencer par des baisses de salaire, si l'on en croit l'économiste en chef du FMI, Olivier Blanchard.
   Voilà au moins une mesure susceptible de diminuer l'"impact-carbone" d'une partie importante de la population européenne.
Commenter cet article

maeldune 06/02/2010 12:35


C'est tout simple
Plus on est pauvre et moins on pollue...
Et si en plus on a la fibre écolo
alors là, notre vie n'aura que peu
d'impact sur la bio, la stra, etcc. sphère


Erasmus Tharnaby 06/02/2010 14:35


La simplicité comme repoussoir ?


maeldune 05/02/2010 20:47


Ecologistes...idolâtrez la pauvreté...
condition sine qua non de moindre rejet.


Erasmus Tharnaby 06/02/2010 11:16


Pouvez-vous préciser ?