Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CSA et l'interdiction de publication des sondages : une retenue nécessaire

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

En République, contrairement à l'écologie, on fait la différence entre les gens et les choses, entre qui pense et ce qui ne pense pas. La retenue exigée par la loi électorale la veille et le jour d'un scrutin au suffrage universel part donc plutôt d'une interprétation cohérente des valeurs de la République.

L'Etat reconnaît et promeut la nécessité d'un temps individuel pour que nous intériorisions nos choix à l'écart du bruit, des influences, des sollicitations. Il affirme ainsi notre autonomie de citoyen, notre différence, notre subjectivité inaliénable.

A propos d'aliénation, du côté des journalistes, c'est "Haro sur la loi !" et à l'antenne, on entend bien peu d'arguments pour trancher en faveur de cette retenue républicaine. Au pays d'Homo Festivus (Ph. Muray), c'est encore un faux débat réglé d'avance par les médias. Du côté de l'étable, on ne peut comprendre la nécessité d'intérioriser quoique ce soit. Elle ne rapporte pas, surtout quand on a des dettes, comme le quotidien Libération. Le lecteur, l'internôte, l'auditeur sont autant de bêtes à traire, ce dont ne se vantent aucun courageux pourfendeur de la loi. Pour moi, pauvre vulgum pecus écouteur de radio, lecteur de journaux, surfeur sur le web, point de citoyenneté républicaine, c'est à dire autonome et différente par essence : la haine de la différence qui anime nos contemporains leur fait préférer cette citoyenneté injonctive et infantilisante qui peut se résumer au tri des poubelles.

Un geste citoyen, c'est bon pour la planète !

Oui, ami lecteur. Tu le sais bien ! La seule citoyenneté que les médias nous reconnaissent aujourd'hui, c'est celle qui consiste à trier comme il convient nos déchets ménagers et à économiser eau, gaz et électricité. Voilà à quoi se résume, en terres festivistes, nos destinées jadis autonomes et reconnues par le législateur !

Donc avant de recevoir comme une bénédiction cette nouvelle plaie d'Egypte, cette nouvelle marée de sondages républicides, reconnaissons qu'une fois de plus les médias nous haient, nous et notre République.

Commenter cet article