Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cyclisme ce week end : fête des PV et de la fourrière !

par Erasmus Tharnaby

publié dans Ecologie-Ekologio

Dans mon quartier, ce jeudi d'ascension, il y avait une course cycliste. Oh, une simple course amateur, avec, ici ou là, deux ou trois ballots de paille habillés de plastique rouge et blanc pour faire semblant de préserver les coureurs de la chute, des gugusses en maillots verts pour répéter toute la journée que la rue est barrée et surtout, des panneaux d'interdiction de stationner qui permettaient à la police municipale de s'éclater en envoyant à la fourrière toutes les voitures qui se trouvaient sur le parcours.

La sécurité n'a pas de prix.

La rue était large, il n'y avait pas de virage, les voitures ne gênaient pas.

Donc, hier matin, pour l'hypothétique sécurité de coureurs du dimanche, une dépanneuse faisait des rondes entre la rue et la fourrière et mettait ainsi des salariés, des pères et des mères de famille, dans l'embarras. Ce n'est pas grave puisque la société, à force d'écologie, a pris l'habitude de s'essuyer les pieds sur les automobilistes et ces derniers, celle de se taire.

On dit "con comme un cycliste". Je trouve cette affirmation largement injustifiée pour ceux qui sont sur le vélo.

Commenter cet article

marco 20/05/2012 09:37

Je ne pense pas qu'on puisse objectivement affirmer que la société s'essuie sur les automobilistes.
De l'avis de la majorité des économistes des transports, des scientifiques qui étudient la pollution, le coût de l'usage automobile en milieu urbain dépasse de très loin son bénéfice.
On parle ici d'usage : environ la moitié des déplacement urbains en voiture fait moins de 3 kms (moyenne France d'après les enquêtes ménage déplacement).
Le taux d'occupation d'une voiture est d'environ 1,2 personne par voyage.
Je vous commence la liste des nuisances : bruit, accidentologie, violence, pollution (et c'est l'automobiliste qui respire l'air le plus pourri, un peu de justice), coupures urbaines, consommation
d'espaces publics, impacts sur la sédentarité (avec pour conséquence obésité , diabète, maladies cardio-vasculaire),dissuasion de l'utilisation des autres modes, etc ...
En conclusion, les petites pressions subies par les automobilistes pour les inciter à se déplacer autrement ne sont qu'une vélléité de tentative de revenir à un usage raisonné de la ville. CE que
ne facilite pas l'urbanisation puisque l'étalement urbain (France championne d'Europe) augmente la dépendance à la voiture. C'est la fameuse double peine pour les foyers fragilisés : éloignement et
précarité énergétique du logement. Il faut donc des politiques fortes pour traiter ces maux. La pression des radars n'est pas qu'un tiroir caisse : la mortalité routière a diminué de moitiés en 10
ans.

Erasmus Tharnaby 20/05/2012 23:02



Encore un catalogue de chiffres invérifiables. "Les enquêtes ménage-déplacement", "la majorité des économistes des transports", etc. La prochaine fois, vous nous parlerez de la nocivité des fours
micro-ondes sur le corps astral...


Avoir une voiture en ville devient une véritable sinécure et vous le savez. Si vous pensez qu'une fourrière, c'est une petite pression ! Observez autour de vous dans la rue tout ce qui est fait
pour ralentir, voire rendre impossible l'usage d'un véhicule automobile, quelqu'il soit !


Peut-être ne vivez vous pas dans une commune concernée (et réciproquement), c'est à dire une commune cernée par les écolos. C'est facile de revendiquer une bénéfice en baisse quand dans le même
temps on s'emploie à le faire baisser !


Le réaménagement des centre-ville participe aussi de cette conspiration des puissants. Les zones piétonnes rêvées par les gentils écolos, pleins de fleurs et de petits lapins, repoussent tous
ceux qui n'ont pas la chance de bosser près de leurs logements. Quelle arrogance vis-à-vis des mères de famille seules, des salariés précaires, de ceux qui enchaînent les horaires à la con, de
ceux qui gagnent leur vie au volant d'une voiture ou d'un camion et dont vous ne partagez visiblement pas la galère quotidienne pour décharger ce qui sera vos petites emplettes à vélo !...


Les écologistes, pour lesquels on supprime des kilomètres de voies de circulation en plaçant des sens uniques dans les villes, se plaignent en même temps de l'expansion des villes. C'est pour qui
la double peine ?