Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans la série "L'écologie vous prend pour des cons" : la Maison de la Nature

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

   Histoire de ne pas laisser choir de bonnes vieilles ficelles, le regroupement de communes Grand Paris Seine Ouest, qui rassemble les communes du sud-ouest des Hauts-de-Seine et qui est présidé par Pierre Christophe Baguet, propose des activités autour du faisceau thématique lié à l'écologie.

   Notons au passage que ce regroupement de commune a déjà acté, au moins dans le langage, le passage au "Grand Paris" cher à Sarkozy. C'est donc sur le terrain du langage qu'il faut gagner la bataille du Grand Paris puisqu'un grand nombre d'associations et d'acteurs locaux répètent depuis le début que ce projet est le pire des projets d'aggrandissement de Paris qui ont été proposés, du point de vue environnemental. C'est donc l'unique raison d'être de cette Maison de la Nature du Grand Paris : gagner la bataille environnementale par la conviction gagnée sur le terrain du langage. C'est Bernard Gauducheau qui est chargé de cette tâche immense.

   Il s'agit donc d'une double action de propagande : écologique et politicienne.

   Le programme des activités de cette institution si merveilleusement désintéressée est un modèle du genre. Pas moins d'une trentaine d'activités permettront à des post-ados tendance chewing-gum-veste-kaki, titulaires d'un master en développement durable, de faire la leçon à vos enfants ou à vous-même.

   Animaliser l'être humain est une des thèses de l'écologie profonde. Mais les écolos vous jurent la main sur le coeur que l'écologie profonde, c'est pas eux ! Pourtant, dès la première activité, une exposition intitulée "animalement vôtre" propose à vos enfants un "doux safari" pour qu'ils n'ignorent plus rien de la locomotion de la grenouille ou du régime alimentaire de l'oran-outan. Pareil pour l'expo-photo sur les univers polaires : ce ne sont que chiens de traîneau, fourrure des ours et graisse des phoques... Les pauvres animaux face aux méchants humains qui mettent en péril la sainte biodiversité.

   Le bourrage de crâne intensif se poursuit tous les mercredis pour vos enfants : si jamais ils n'ont pas encore compris qu'on ne veut pas d'eux sur la Terre, ils auront droit à une session de rattrapage chaque mercredi : l'inévitable récupération créative, version écolo du collier de nouilles, et la chasse au trésor pour apprendre à préserver l'environnement restent des grands classiques pour mongoliens. Histoire de ne pas laisser l'espace de cerveau disponible aux intégristes religieux de tous poils, l'écologie tente d'occuper le terrain du quotidien : "La biodiversité dans mon assiette" permet d'importer le cauchemar écolo à la maison, pendant la pause-repas. Génial : mon angoisse devant l'assiette est bonne pour la planète !

   Le reste est à l'avenant : "Balade découverte", "Sortie énergie" rivalisent avec la prémonitoire "Sortie insecte" où l'esprit rampe devant l'intangible impératif de la biodiversité, l'injonction d'infantilisme et le déni de liberté que constituent ces activités, comme autant d'insultes à l'humanité.

   Pour la santé de vos enfants, si vous passez un jour par la Maison de la Nature, vous pouvez faire un détour pour l'éviter. C'est facile à reconnaître : ça sent fort.

Commenter cet article