Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Débat sur le nucléaire : ne pas confondre démocrassouille et démocratie.

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

   Les écologistes, dont les armes ne se limitent plus à quelques défilés spectaculaires sous des caméras complaisantes, font pression sur la ministre de l'écologie. Nathalie Kosciusko-Morizet vient, en effet, de déclarer qu'elle envisageait de refuser l'allongement de la durée de vie de certaines centrales nucléaires françaises. Passons pour l'instant sur le caractère parfaitement scandaleux d'une telle déclaration. Nous y reviendrons plus tard.

   Pendant ce temps, les écologistes et tous ceux qui se laissent avec délice manipuler par ces faiseurs d'opinion réclament un débat, dont le caractère sera nécessairement démocratie. C'est une vérité qui parle d'elle-même !

En réalité, dans le climat d'intoxication idéologique actuel, aucun débat sur les ressources énergétiques ne saurait être réellement démocratique. Par définition d'ailleurs, AUCUN débat n'est démocratique.

   Vous avez d'un côté le PEUPLE. De l'autre la REPUBLIQUE. Le peuple, ce sont des gens. La République, c'est une chose, une chose gigantesque, mais une CHOSE quand-même. Elle est PAR DEFINITION objectivable. C'est sa nature profonde et les philosophes parlent de son ontologie. Tandis que la nature des gens est de NE PAS ÊTRE objectivale. Il est parfaitement républicain d'affirmer que les gens ne sont pas des choses, et que les choses ne sont pas des gens.

   La DEMOCRATIE définit les mécanismes par lesquels le peuple gère la République. En aucun cas, la démocratie ne peut permettre de gérer un débat. Ce n'est pas son objet. Un débat démocratique est donc une aporie.

   C'est un non-sens à un second titre : il ne peut y avoir de démocratie en dehors de l'espace républicain. Or l'écologie est exactement le contraire de la partition républicaine du monde : elle reconnaît volontiers des droits aux animaux, une existence morale et légale à des choses qui n'en ont pas en république, etc. A ce titre, un débat sous les auspices de l'écologie NE PEUT ÊTRE républicain et donc ne peut relever de la démocratie.

   Cette parodie insultante de la démocratie, appelons la DEMOCRASSOUILLE. Elle est sale et nauséabonde, vaniteuse et mensongère. Elle ne peut nous réserver que de mauvaises nouvelles, faites, on le sait déjà, de justifications de la privation. Elle est une formidable machine à justifier une économie de guerre permanente, façon 1984.

Halte, donc, à la démocrassouille et place à la République !

Sans les écologistes, bien sûr.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article