Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du vert au gris, puis au vert-de-gris...

par Erasmus Tharnaby

publié dans Ecologie-Ekologio

   Quand on observe le mécanisme REEL de l'hystérie anti-voiture, dont sont victimes la plupart des gens, sans toujours le savoir, on constate que la contrainte qui consiste à garer sa voiture le soir en rentrant du travail est grosso modo toujours la même. Les diktats des communes touchées par le fléau écolo provoquent, certes, des effets à la marge mais le problème reste entier : il faut trouver une place.

   De toutes les façons, 20 minutes en voiture ou 1h1/2 en transports...

   Comment fait-on ?

   On fait comme tout le monde : on se gare à un endroit interdit.

   Dans mon quartier, il y avait assez de place pour tout le monde sans que ça gène. Depuis que les bons sentiments ont sévi, ça devient gênant pour se garer.

   Ce mécanisme exemplaire est donc le suivant : le prurit vert pousse les gens à recourir à des solutions "grises", c'est à dire non-légales (des places interdites) mais tolérées ou rarement contrôlées. Ensuite, ces zones de non-droit toléré deviennent habituelles car elles constituent le seul recours, et la sanction tombe selon le bon-vouloir du chef de brigade local.

   Ce mécanisme se retrouve, ici et là, dans notre société très policée : tel manquement, telle infraction devient tolérée DE FAIT simplement parce que le personnel pour constater l'infraction manque ou parce que le règlement à appliquer est... inapplicable. Plus généralement, à la façon du gendarme qui vous a à l'oeil et fait le tour de votre voiture pour voir ce qui cloche et vous en coller une, le "ministère public" vous ferait passer un sale quart d'heure s'il devait constater toutes les non-conformités à la loi chez vous, sur votre véhicule ou sur votre lieu de travail.

   En s'imaginant vivre en "zone verte", nous finissons par nous habituer à vivre en "zone grise".

   Ensuite, cet état de fait pourrait donner à ceux qui ont pouvoir de sanction la possibilité de nous épingler si l'envie leur en prenait. Là, on passe de la zone grise à la zone "vert-de-gris", de l'arbitraire de la loi à la loi de l'arbitraire.

   Pourquoi croyez-vous que l'écologie soit si séduisante ?

Commenter cet article