Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecologie contre République : démonstration

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

L'adjointe au maire du 9e arrondissement de Lyon, Fatiha Benahmed, a eu l'audace de demander à une concitoyenne d'enlever son voile à l'occasion de la cérémonie de mariage. C'était dans l'Express. Polémique. Tollé. Scandale orchestré par des associations qui se disent de gauche. Les Verts, formation politique à laquelle appartient Mme Benahmed, semblent divisés entre les indignés et ceux qui soutiennent l'adjointe courageuse.

Pierre Hémon, président des élus verts à Lyon a d'ailleurs adressé une lettre au CRI, disant :

"Suite aux accusations diverses qui circulent à l'encontre de Fatiha Benhamed, élue Europe Ecologie – Les Verts, adjointe au Maire du 9e arrondissement, le groupe des élus Europe Ecologie – Les Verts réaffirme, avec Alain Giordano, Maire du 9e arrondissement de Lyon, son soutien et sa confiance à Fatiha Benhamed. Nous souhaitons rappeler que le mariage célébré il y a quinze jours l'a été sans incident notable. Aujourd’hui les accusations qui sont colportées par ceux-là mêmes qui, il y a quelques semaines invitaient des représentants du Hezbollah et du Hamas à Lyon, ne sauraient retenir plus avant notre attention. Il s'agit pour le groupe des élus Europe Ecologie – Les Verts de la Ville de Lyon d'une tentative de déstabilisation contre les élus qui ont à charge de faire respecter la Loi et l'esprit de la République. C'est d'ailleurs dans ce souci constant du respect des personnes et des règles républicaines que Fatiha Benhamed célèbre des mariages depuis trois ans maintenant..."

 On ne peut être plus clair. Evidemment, les Verts se sont aussi désolidarisés de cet élu franc et massif. La démagogie et le victimisme amènent ces joyeux mangeurs de pastèque à se manger entre-eux.

Tandis que pour les bons croyants, demander à une femme d'enlever son voile au cours d'une cérémonie républicaine devient un "acte islamophobe", les Verts font le forcing pour  dégommer en France ce qui reste de République. L'esprit d'un destin commun, sous l'égide d'une vérité qui s'impose à tous et de principes supérieurs clairement établis, doit disparaître pour laisser place à une accumulation d'individus profitable au bizenesse, à une juxtaposition d'intérêts particuliers facilement orientables, manipulables par la peur apocalyptique et la culpabilité.

L'occasion était décidément trop belle pour les écolos : tant pis si c'est un membre du parti qui trinque. Quelle est l'origine de l'insistance de l'élue à faire enlever son voile à cette femme au cours d'une cérémonie républicaine ?

La France est un pays laïc, mais pas seulement : c'est un pays où Etat et religion sont séparés. Ce sont deux pouvoirs relativement indépendants. Une lecture inattentive de ce principe de séparation consiste à dire que l'Etat s'occupe du monde terrestre et les religions du monde spirituel. C'est une erreur.

Le Bien Commun est considéré, en République, comme le seul principe supérieur dans le domaine public. Si ôter son couvre-chef à ce moment précis est toujours signe d'acceptation de ce principe, refuser de l'enlever, pour des raisons qui ne relèvent pas de l'intérêt commun, est un signe inacceptable. C'est parfaitement logique. Ainsi la Umma, pas plus que n'importe quelle Eglise, ne peut se confondre, et encore moins surplomber l'intérêt supérieur de la Nation dans le cadre public et républicain d'une cérémonie. Dans le cadre privé, c'est autre chose.

On aimerait entendre, de la part de tous les politiciens de gauche, l'exposé de ces règles sans lesquelles la vie en France ne devrait simplement pas être envisagée. En particulier, Jean-Luc Mélenchon, toujours prêt à donner une leçon d'histoire, devrait nous expliquer sa position.

C'était parfaitement cohérent de la part de l'élue vert qui respectait ses devoirs d'élue.

Ses collègues écolos sont aussi dans leur rôle. L'écologie joue CONTRE la République depuis toujours.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article