Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecologie : une secte nihiliste...

par Erasmus Tharnaby

publié dans Europe-Euxropo

Je lisais un article sur le projet d'île artificielle en Belgique. Ce sont les mangeurs de tofu bio du Monde qui nous l'apprennent. L'idée est intéressante : il s'agit de stocker l'énergie éolienne sous la forme d'un puits. Quand il y a trop d'énergie, on pompe l'eau vers l'extérieur du puits. Quand il en manque, on produit l'électricité de façon hydroélectrique en faisant revenir l'eau vers l'intérieur du puits. On transfère l'énergie électrique en énergie potentielle. poisson.jpgPourquoi pas. Vous savez ce que je pense de l'énergie éolienne en général, et des sources d'énergie à la con. Mais bon, pourquoi pas.

Cette installation est censée remplacer la centrale de Doel qui fait 3GW.

La Belgique pense que cette installation permettra de réguler 2,3GW d'ici 2020. Evidemment ça ne fait pas le compte.

De la meme façon, l'article nous apprend qu'une île un peu moins gigantesque est à l'étude au Danemark pour produire l'équivalent d'une journée d'électricité pour la ville de Copenhague. Il ne reste plus que 364 autres îles de 3,3km² à réaliser pour que le compte y soit... rien que pour la ville de Copenhague !

Le compte y est d'autant moins que l'éolien ne produit qu'un tiers de sa puissance nominale quand il est installé en mer.

Pour cette magnifique installation de 2,5km de diamètre située à 10km des côtes et faisant 10m de haut, aucun risque de défigurer le paysage !

Le pompon, c'est la pigiste de l'organe boboïste qui nous le livre sans s'en rendre compte : "Reste la question du bilan carbone de tels projets, la pollution occasionnée par la construction et la mise en fonctionnement des îles pouvant surpasser, du moins à court terme, l'intérêt environnemental de produire une énergie renouvelable." Hallucinant, non ? En d'autres termes, et comme à leur habitude, les écolos, par la voix de leur porte parole, mettent face à face des réalités sans rapport les unes avec les autres. Vous avez bien lu : les écologistes pourraient eux-mêmes s'opposer à la réalisation de l'île, mettant en balance une installation nucléaire, qui de toutes façons a fait son temps, et les procédés industriels complexes et parfois risqués qu'elle suppose, avec une île certes coûteuse à fabriquer mais ne nécessitant aucun combustible ni beaucoup d'entretien. Même si le dispositif suppose une diète insupportable en terme d'économie d'énergie.

C'est une illustration du nihilisme écologiste : ce à quoi ils s'opposent, c'est simplement l'existence d'une source d'énergie. Le Paradis écologiste est un désert glacé où l'être humain n'a pas sa place. Une secte nihiliste, quoi !

Commenter cet article

Sceptique 10/02/2013 23:21

Je crois plutôt que c'est l'écologisme qui infeste l'ONU en espérant la mettre à son service....comme les rétro-virus!

Erasmus Tharnaby 11/02/2013 00:39



Les rétro-virus, on peut les mettre dans l'anneau...


Oui, facile...


Avez-vous regardé le nombre d'organismes financés par le programme écolo de l'ONU ?



Sceptique 10/02/2013 05:45

Absolument. Ils harcèleront l'humanité, mais comme il n'y aura jamais (c'est plus sûr maintenant qu'autrefois) de religion universelle, les vraies conquêtes de l'écologie seront limitées. Pourquoi
certaines nations de l'Europe sont devenues le ventre mou de la Raison? Un sentiment de culpabilité d'avoir été à la pointe du développement technologique, peut-être?

Erasmus Tharnaby 10/02/2013 18:23



Tout à fait. Je pense que vous avez vu juste sur ce point.


Il reste que l'écologie conserve une dimension politique par les opinions (haine de soi, désir de pureté, etc.) qu'elle véhicule, et ces opinions sont volontiers condensées à travers mille et
unes associations, fondations, structures institutionnelles dont le point commun est qu'elle dépendent toutes de l'ONU.


Comme je l'ai déjà montré, l'ONU, ou plutôt certains réseaux de la galaxie onusienne compte sur l'écologie pour promouvoir un gouvernement mondial. Pour les puissants, c'est plus inoffensif que
de s'appuyer sur les dérèglements capitalistiques auxquels nous assistons depuis quelques années.



Sceptique 09/02/2013 15:27

L'écologisme est, par nécessité, un totalitarisme. Tous les projets totalitaires ne réussissent pas, par conquête de la majorité, ou par surprise. "L'écologie, ça commence à bien faire!" Sarkozy
l'a dit, mais n'a pas viré NKM. Un coup pour rien. Hollande l'a murmuré. Il a encore quatre ans devant lui pour le dire plus fort et l'agir.
De toute façon, les français sont pour l'écologie, mais comme en général, pour les autres. Quand ça commencera à bien faire (bis), l'opinion se retournera.

Erasmus Tharnaby 10/02/2013 00:27



Je suis de votre avis. C'est une mode mais c'est une mode durable doublée d'une dimension religieuse, comme je le montre souvent. A ce titre, elle est destinée à conserver un noyau irréductible
d'adeptes soucieux d'anamnèse et d'utopie, à la fois.



Sceptique 08/02/2013 17:48

Vous trouverez sur le site Caderange (lien avec mon blog, catégorie Économie,) un article sur ce projet de stockage de l'énergie électrique.
.L'auteur décrit bien ce projet, et d'autres dans le même but

Erasmus Tharnaby 09/02/2013 15:05



Tout à fait. Il y manque quelques chiffres capitaux pourtant...


Comme la perte au moment du stockage et celle liée à la restitution de la force électrique. Environ 15% à chaque fois.


Le problème de fond reste la question de l'ordre de grandeur. Une révolution industrielle n'est possible qu'en changeant l'ordre de grandeur de la production et du rendement : c'est le coeur du
problème du nucléaire nouvelle génération et de la décadence concomittante à l'absence d'horizon de ce côté.


L'écologie est là pour nous faire accepter l'éteignoir qui s'abat sur l'Europe.



Sceptique 07/02/2013 16:06

Quand ils vérifient leurs équations, ils arrivent toujours au résultat : "égale zéro".
Un âne et une brouette, c'est tout ce qu'ils pourront accorder à l'homme de demain. Les courants migratoires s'inverseront.

Erasmus Tharnaby 07/02/2013 23:08



Oui, tout à fait. C'est ce que LaRouche appelle le "jeu à somme nulle". C'est le coeur de l'écologie profonde.