Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Energie nucléaire : le délire malthusien d'Yves Cochet

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

Yves Cochet, celui qui a empoisonné la vie des Parisiens, revient avec de nouvelles idées tout aussi lumineuses dans Le Télégramme, quotidien brestois.

C'est une forme d'aveu : si nous voulons sortir du nucléaire, grâce aux "cinq, six ou sept autres manières de produire de l'électricité" (il y en a tellement et de tellement sûres et rationnelles qu'il ne sait plus combien il y en a...), il a un plan tout prêt pour les 25 prochaines années.

On imagine que, comme au bon vieux temps du Club de Rome, les projections vont être très... réalistes ! M. Cochet mesure volontiers les coûts que représentent le démantèlement des centrales mais passe par pertes et profit les bénéfices qu'a tiré l'industrie française des technologies liées au nucléaire, qu'il s'agisse des matériaux, des compétences scientifiques ou des process industriels (qualité) par exemple.

Il ne faut donc pas se laisser piéger par la parodie de démocratie qui aboutirait à un débat. Débat ne signifie pas démocratie quand les médias relaient avec tant de complaisance le bourrage de crâne apocalyptique que les écolos nous servent sans varier depuis les années 70. Si les responsables politiques ont à prendre des décisions dans ce domaine, ils font leur travail et ce n'est pas la pression médiatique infligée par les écolos à coup de phrases aussi sensationnelles qu'indignes qui doivent peser sur ce type de décisions historiques.

Que M. Cochet, le radical éradicateur de la voiture à Paris, préfère l'hystérique à l'historique, l'épuration au développement, c'est son problème plus que celui des citoyens responsables.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article