Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Front de gauche : la gangrène anti-républicaine est partout !

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

L'ennemi numéro 1 de l'écologisme, c'est la république.
On a vu ici et là dans ce blog les origines darwiniennes de l'écologie théorique, avec Haeckel, son penchant au mysticisme le plus délirant avec Teilhard de Chardin, sa récupération par les milieux aristos et eugénistes anglais et enfin l'invention du réchauffement planétaire, orchestrée par Londres. On a vu comment la tentative fructueuse d'éradication du paludisme par l'emploi du DDT avait été stoppée net par ces mêmes milieux.
On voit enfin comment, aujourd'hui, l'écologie ne devient grande cause nationale qu'à travers le bizenesse et la manipulation de masse.
   Tout ceci n'est possible que parce que la République des Savants est en panne. Les scientifiques qui, faisant leur métier de scientifique, arrivent à des conclusions qui ne corroborent pas le rapport du GIEC, sont écartés des publications, comme en témoigne le scandale du Climategate. Les données utilisables les plus complètes sont centralisées dans un laboratoire anglais dont la probité reste entachée par cette affaire.
   Des principales publications scientifiques, celles qui font autorité sur le plan mondial, aucune n'est financièrement autonome. La plupart appartiennent à de grands groupes de presse, qui font leurs choux gras de l'alarmisme régnant en cette matière. Seules des personnalités de premier plan comme Maurice Allais ou Vincent Courtillot sont en mesure d'amener la contradiction, et on sait à quel prix.
   C'est pourquoi voir aujourd'hui le seul parti susceptible de relever le défi de la raison contre des formes très actives d'antirationalisme et de mysticisme, voir ce parti se rouler sans un scrupule dans la bouillasse du discours bien pensant écolo est assez désespérant. Il me semblait que Mélenchon, MG Buffet et leurs amis savaient faire feu d'une libre-pensée aujourd'hui bien mal en point.
   Et bien non !
   Sur le site du Front de Gauche, il n'est question que de réchauffement planétaire, d'humanité en danger et autres fadaises apocalyptiques qui commencent à faire vraiment daté.
   Si les gens meurent, si la nature meurt (dans cet ordre...), c'est surtout parce que des industriels exploitent et  polluent sans scrupule pour faire des profits. Ce n'est pas de l'écologie : c'est de l'économie et de la biologie. C'est de la toxicologie, si on veut, de la physiologie, de la botanique, de la zoologie. Ce n'est pas de la prospective : les gens meurent vraiment aujourd'hui, pas en 2050 comme chez Joke et les teletubbies...
   D'où d'inévitables incohérences : après un laïus sur les gaz à effet de serre, sorte de compilation des poncifs incontournables vomis par le GIEC, le Front de Gauche a l'air de découvrir les idées simples qui ont fleuri dans les crânes vert-de-gris : "Les pays les plus riches doivent payer leur dette écologique." Ben voyons, c'est simple comme du Alain Lipietz.
   Quant au marché carbone... Pffff... Copenhague a été convoquée pour entériner le marché carbone déjà vieux de 5 ans, mais le programme du Front de Gauche déclare : "Nous refusons la mise en place d’un marché international des émissions de gaz à effet de serre pour opérer cette régulation."
A ce stade, ce n'est plus de la naïveté. C'est de l'incompétence idéologique.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article