Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fukushima et la bio-diversité politique

par Erasmus Tharnaby

publié dans Monde-Mondo

Désormais, et ce sera pareil tous les ans, nous aurons l'anniversaire de Fukushima tous les 11 mars, orchestré par les écologistes. Histoire de nous rappeler qu'ils existent, ces petits dictateurs des bons sentiments forment de longues chaînes de l'espoir, d'interminables ribambelles promotionnelles de la bêtise humaine, d'innombrables festivals de l'évidence qui font les ouvertures des 20h, quand Pujadas oublie parfois de nous rappeler qu'il neige en hiver...

logo-generation-web.pngCes liquidateurs du bon sens, ces exterminateurs de l'intelligence humaine, ces promoteurs du mensonge organisé que sont les écologistes passent alors à l'action et prennent en otage les 20000 morts du tsunami japonais pour nous faire croire que les catastrophes naturelles deviennent plus fréquentes à cause des pêts des vaches, des voitures et des actionnaires de TEPCO...

C'est qu'il est urgent de les voir nous infliger leurs chaînes humaines !

Tout gonflés de leur importance, ils peuvent oublier qu'ils n'existent plus : bilan indigent au gouverment, réchauffement planétaire décevant, grands sommets internationaux transformés en vulgaires festivals des petits fours... Ils voulaient faire de nos ville un enfer pour automobilistes, arguant de progrès considérables dans la façon de circuler en ville : les parisiens commencent à les prendre en grippe et à trouver la facture Cochet plutôt salée. Dans les villes moyennes, les plans de circulation à la con commencent aussi à faire des vagues.

Alors pour promouvoir la biodiversité politique, les écologistes cherchent à mener des actions pour eux-mêmes : sauvons l'écologiste en voie de disparition ! Qu'importe si l'on foule aux pieds le chagrin, authentique celui-là, des Japonais survivants des catastrophes.

Des chaînes humaines... c'est bien trouvé, après tout ! Les Japonais ont désormais des chaînes humaines aux pieds.

Commenter cet article

Martine 13/03/2013 23:42

Très juste colère, cependant avant cet épisode certaines chaines nous ont largement abreuvé de la propagande de Mme Lepage.
Or, je n'aime pas la propagande, d'ou qu'elle provienne.
Ensuite quand elle peut émaner de cette femme, j'ai des poussées d'eczéma, cela peut paraitre idiot ou anodin, cela n'en demeure pas moins réel pour autant.
Bel hommage aux Japonais qui ont beaucoup soufferts et mettront du temps à s'en relever, enfin vous savez ce que je pense et sais, vous étiez passé chez l'héré à l'époque et puis plus tard.

Erasmus Tharnaby 14/03/2013 11:51



Quelle mémoire !


Oui, je trouve indécente cette récupération, au sujet de laquelle les médias semblent unanimement oublier qu'il s'agit d'une simple récupération.



Sceptique 13/03/2013 15:21

....Comme dans n'importe quel HLM avec un bon concierge, dans doute. Le totalitarisme écologique éprouvera la nécessité d'aller beaucoup plus loin. De réprimer les manquements à la bonne conduite.
Tant il est vrai que l'incivisme est plus courant que l'inverse dans nos sociétés sud-européennes, dont nous faisons partie en forte proportion. Daninos nous faisait définir, par un de ses
personnages, le Major Thomson, comme "des italiens de mauvaise humeur"!
Si nous ne faisons pas toujours un bon usage de la liberté, pouvons nous envisager qu'on nous la retire?

Erasmus Tharnaby 14/03/2013 13:23



L'écologie est effectivement plutôt d'origine anglo-saxonne.


On peut espérer qu'en France, la greffe finisse par un rejet.



Sceptique 12/03/2013 18:43

Bien envoyé! La question importante, c'est celle du triomphe final de la réalité, comme celle que nous vivons depuis 24 heures, celle que vous rappelez, la gêne de tous ceux qui travaillent à Paris
(ceux qui y vivent constituent au contraire une aristocratie privilégiée).
Les utopies peuvent durer un moment, mais finissent toujours par s'effondrer, après de gros dégâts humains. Il faut espérer que nous sommes mieux immunisés.

Erasmus Tharnaby 13/03/2013 14:33



Espérons-le, en effet.


Non seulement les utopies ne peuvent être que temporaires et s'opposent au pragmatisme, mais elles finissent toujours par s'imposer sur les bases d'un modèle policier.


Même avec les meilleures intentions du monde, et pas forcément par la violence la plus brutale.


Par exemple, le familistère de Godin à Guise a fonctionné pendant une centaine d'année, sur le modèle du panoptique, c'est à dire de la surveillance carcérale optimale.