Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'écologie politique selon Wikipédia : définition d'un alibi...

par Erasmus Tharnaby

publié dans Ecologie-Ekologio

   La définition de l'écologie politique par Wikipédia nous réserve, en une phrase, ce qu'on peut faire de plus idstrayant en matière de langue de bois : "L'écologie politique est un ensemble de courants, largement diffusés depuis les années 1970, qui insistent sur la prise en compte des enjeux écologiques dans l'action politique et dans l'organisation sociale."

   Au passage, la datation me semble à la fois juste et erronée.

   Si on parle de l'écologie théorisée, mise en science par quelques faussaires patentés, c'est plus ancien.

   Si on parle du bourrage de crâne intensif élaboré par les médias, la date est assez juste. Le Club de Rome, les livres de Bateson, de Russell, Matin silencieux et autres bilevesées datent à peu près de cette époque.

   Je croyais naïvement qu'un parti politique était constitué de militants, c'est à dire au sens étymologique, de guerriers chargés de faire admettre par sinon des moyens du moins une organisation militaire, les principes d'une doctrine taillée dans le marbre.

   Et bien chez les écolos, pas du tout !

   On ne milite pas, on INSISTE.

   Et on n'insiste pas pour que des principes soient appliqués mais pour qu'ils soient PRIS EN COMPTE.

   Je n'insiste pas, quant à moi, sur le couplet SOCIAL : les automobilistes, surtout les salariés, ceux qui gagnent leur salaire avec leur voiture connaissent bien l'aspect SOCIAL de l'écologie pour payer de leur personne l'hystérie anti-bagnole provoquée par l'écologie.

Pourquoi donc tant de douceur, tant d'hésitation presque pour un mouvement qui, finalement parvient progressivement à imposer ses vues à l'ensemble de la planète, au point que tout se repeint en vert actuellement autour de nous ? Les socialistes, sur la même période, n'ont pas réussi la même performance. Les militants UMP vont même avoir du mal, cette fois-ci, à nous vendre le libéralisme sauvage...

    C'est que l'écologie politique n'est qu'une couverture : le coeur de l'action politique de l'écologie est la PROPAGANDE à travers les multinationales médiatiques. Pourquoi chercher à faire adopter une doctrine quand, à la radio on a réussit à convaincre EDF de nous seriner qu'il fallait économiser l'énergie, ou qu'il faut se dépécher puisque "ça chauffe !", tandis que tel quotidien s'imprime sur du papier en poil de culs recyclés.

    A qui profite le crime ?

Commenter cet article