Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Terre Promise de l'écologie

par Erasmus Tharnaby

publié dans Ecologie-Ekologio

L'écologie, je veux dire la religion écologiste, a sa Terre Promise. Une sorte de Jérusalem céleste, une cité éternelle qui résiste à l'injure du temps, qui accroît sans cesse le nombre de ses habitants et dont un million de bardes à travers le monde chante les louanges sans cesse à coup de bombardes et de gaïtas.

Cet univers à la fois mythique et réel, rêvé mais palpable, unitaire mais transcontinental, rassemblant dans la même indifférenciation unanime tous les participants à ses fêtes nocturnes, ce pays libéral et moralisateur à la fois, c'est le Celtisme.

celtisme, écologie, végétariens, néo-nazisLes Celtes, c'est quoi ? C'est un ensemble de peuples non-latins qui parlaient mais n'écrivaient pas des langues apparentées qui se retrouvent dans différents dialectes comme le breton, le gaëlique ou le galicien. Même si on a artificiellement restauré l'apprentissage d'un breton moribond dans les années 70 pour des raisons politiques, il reste que cet archipel linguistique n'a aucune commune mesure avec le bizeness pseudo-artistique, para-religieux qui en découle. Dans l'ère hyperfestive (Muray) où l'Histoire a été remplacée par la rêverie permanente en un monde "citoyen et responsable", où le quotidien s'est effacé devant le journal télévisé, où le délirium écolo permanent tient lieu de valeur morale, la seule référence historique exempte de ringardise reste cette prétendue civilisation qui ne connaissait pas l'écriture.

Le psychédélisme des années 70 nous a laissé les guirlandes de Noël clignotantes, le celtisme nous laissera le fest-noz, cette curieuse manie de se bourrer la gueule au chouchen ou au cidre en se trémoussant comme dans les films médiévaux. Inscrit au "patrimoine immatériel" de l'inanité depuis début décembre, l'hypno-Fest-noz a encore de beaux jours devant lui.

Pendant ce temps, le délire millénariste qui s'empare des fervents adeptes de sectes celtistes, pouponnières de néo-nazis végétariens, autour de Stonehenge ou de Trifouilllis-les-Oies, a réussi à se répandre sur le monde entier par le biais des médias complaisants qui ne demandaient que ça pour accroître ou tester leur influence. Avec l'air nigaud de celui qui aimerait faire croire qu'il n'y est pour rien, le journaliste va s'étonner d'une procession expiatoire, d'un envahissement moutonnier de site touristique, d'une nouvelle vague de suicide. On pourrait juste regretter que ce ne soit pas le sien si ce déballage complaisant de non-réalités devenues plus réelles que réelles ne virait au grand comique.

Comme l'écologie, personne n'y croit mais tout le monde en parle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article