Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lampes fluo-compactes : un double scandale écologique

par Erasmus Tharnaby

publié dans Europe-Euxropo

Je me souviens, il y a une dizaine d'années, au moment de leur apparition, les lampes basse consommation avaient suscité un tel engouement que des municipalités avaient fourni gratuitement à leurs administrés des bons de réduction pour faciliter la substitution des anciennes lampes à filament, supposées trop gourmandes en énergie. L'argument était de diminuer sa facture d'électricité de façon significative. Les emballages étaient, comme ils le sont toujours, de couleur verte.

La couleur marron serait plus appropriée.

Hier soir, un reportage d'Envoyé spécial (France 2) montrait une autre facette de l'idylle verte que nous vendent les commerciaux teintés d'écologie. Emballages incompréhensibles, performances décevantes, filière de recyclage en panne et surtout, méthodes de fabrication totalement délocalisées. Dans des usines chinoises, des conditions de travail délirantes obligent les ouvriers à se trouver en contact direct, et parfois permanent, avec le mercure mis dans les tubes fluorescents.

Le deuxième scandale concerne l'écologie proprement dite et la façon dont elle est vendue. Le reportage avait en effet beau jeu de montrer au travail un membre de l'association Robin des bois, Jacky Bonnemain, une personne tout à fait respectable au demeurant. M. Bonnemain est sans concession sur ce dossier qu'il connaît très bien. Hélas, si on n'a peu de doute sur la foi et l'abnégation de ce genre d'écologiste, on peut s'interroger sur la schizophrénie du mouvement écologiste tout entier. En effet, comme Nicolas Hulot, sifflé lors de la grand'messe anti-nucléaire de la semaine dernière, les associations écologistes sont aujourd'hui consultées par les médias, deviennent représentatives et jouent de ce type de prérogatives grâce au brevet de vertu délivré par le marketing et le lobbying des multinationales (WWF) auprès du grand public.

C'est un cercle ni totalement vicieux, ni totalement vertueux dont la nature ambiguë coïncide mal avec les méthodes hystériques habituelles utilisées par les activistes de ces mouvements. Qu'ils soient responsables marketing ou enchaînés à des rails devant un convoi de déchets radioactifs, le médium idéologique reste le même : le tranfert de culpabilité.

L'écologie représente donc elle-même un deuxième scandale : elle est à la fois pompier et pyromane. En dépit des dénégations de M. Bonnemain, c'est bien la MÊME idéologie que la sienne qui a servi à nous refourguer des lampes fluo-compactes et qui s'efforce de les rendre obligatoires d'ici 2012 en Europe.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article