Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Légalisation du cannabis : l'écologie à la pêche au jeune

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

   A la suite de la manifestation festive et "festiviste" du 7 mai dernier à la Bastille pour la légalisation de la drogue, où l'on trouvait tout ce que la France compte de déchet politique non-recyclable, de moralistes en culotte courte, de petits flics en culotte de peau, l'écologiste Stéphane Gatignon, maire de Sevran, propose de résoudre le problème des règlements de compte entre bandes de trafiquants en légalisant la production et la consommation de cannabis.

   La perspective de 2012 donne des ailes au parti écologiste pour rafler en rase-motte les voix de la jeunesse non-clivée. A l'unisson derrière les héritiers de mai 68, toute une classe d'âge entonne son propre Requiem. Ces révoltés amateurs de Bounty serinent en choeur le chant funèbre destiné à accompagner dans leur dernier voyage l'esprit de la révolte et celui de la liberté.

   Autour d'eux, les médias règlent en bon ordre un conflit déjà tranché à l'avance. Il n'y a que dans la bouche des "acquiesceurs professionnels" (pour reprendre l'expression de Muray) que l'on peut trouver que les propositions de Stéphane Gatignon sont "originales", "à contre-courant" ou même "révolutionnaires". Et d'organiser de faux débats, des déclarations en trompe-l'oeil pour singer l'ombre d'un débat d'opinion sur ce thème. Tout le monde a compris que la seule chose qui progresse dans notre société, c'est le dérèglement des pratiques sociales.

   Dans le cerveau de l'élu de Sevran, la même confusion l'amène à demander une force d'interposition, avec l'armée en premier rôle. Pourquoi pas, étant donnée la qualité de la force propositionnelle de ce maire qui fait honneur à son parti ? L'écologie, en tant que doctrine, ignore la notion de République, quand elle ne la combat pas. Le droit commun, le Bien commun, lorsqu'ils sont ignorés en dépit de l'écharpe tricolore, amènent à mettre tous les belligérants sur le même plan, à limiter l'usage de la force à la séparation des combattants tout en prenant une mesure qui permettrait à ces respectables antagonistes de se réconcilier autour d'une bière fraîche ou d'un barbecue improvisé au pied d'une cage d'escalier transformée, pour l'occasion, en fumoir à boulettes.

   Ce sera, n'en doutons pas, une consolation pour les familles brisées, ruinées, atomisées façon puzzle par les trafics de ces crapules à qui la coalition politique jeuniste souhaite laisser les clés. La République, enfin détruite, pourra laisser la place à une vraie, bonne, authentique politique écologiste, où les enfants sont rois.

 

Voir aussi l'excellent article du camarade L'Hérétique.

Commenter cet article