Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

M. Hulot et M. Bourg se gourrent...

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

Dans une tribune co-signée dans Le Monde, Hulot et Bourg nous refont à la fois le coup de la méthode Coué et celui de la porte ouverte : "Il n'y a aucun sens à opposer souci de l'environnement et souci économique, tant la disponibilité des ressources naturelles et l'état de la biosphère les conditionnent."

Quel engagement. C'est un peu comme l'amalgame qui rapproche le réchauffement planétaire et la pollution des nappes phréatiques par l'épandage d'engrais chimimques ou le ruissellement des lisiers de porc.

On passe même tout près d'une réécriture de l'histoire : c'est précisément le souci de pénurie qui amena le gouvernement français à se tourner vers le NUCLEAIRE. En d'autres termes, c'est la pénurie qui doit nous orienter vers de nouvelles formes de production énergétique qui PERMETTENT le développement, sans BRIDER le changement d'ordre de grandeur que ce type de révolution doit nécessairement apporter.

Ce que proposent les écolo-malthusiens comme Hulot et consorts, c'est de limiter la croissance démographique, économique, etc.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Novak 08/04/2010 13:33


Concernant l'amalgame...je vois que vous faites références à l'un de mes commentaires...le soucis c'est que vos propos montrent de fait que vous n'avez rien compris à mon propos, c'est tout de même
fort dommage...donc soit vous ne faites pas d'effort, soit vous ne disposez pas des connaissances nécessaires pour comprendre la portée de mon propos...ce qui expliquerais votre "positionnement"
puisque vous ne disposez pas de toutes les cartes en main, j'en suis navré

cordialement

novak


Erasmus Tharnaby 08/04/2010 23:09



Ce fatras jargonesque vous tient lieu d'argument ? Soit.


J'y ai déjà en partie répondu, et je vais essayer d'y répondre à nouveau.Mais vous ne considérez pas que l'amalgame que vous faites est une erreur. Soit.


De toutes les façons, c'est facile de jargonner. Tout le monde peut jargonner. C'est un défaut assez commun qui aide à épater le naïf. J'épata... Tu épatas... Vous épatâtes...


C'est promis, je reviendrai sur votre jargon. Vous ne serez pas déçu. Ça me rappelle la petite phrase qui sert de clé au roman d'Umberto Eco Le pendule de Foucault : "Gaute la nata..."


Je vous laisse retrouver le sens de ces trois mots énigmatiques. Vous avez sûrement les connaissances nécessaires.



Joke 06/04/2010 13:15


Au lieu de perdre votre temps avec Hulot & Co. (qui ne sont, fanialement, que des "amuseurs publics") essayez donc de répondre à la question que voici : comment se fait-il que des experts de
plus de 80 pays aux intérêts divergents (dont les États-Unis, la Chine, l'Inde, le Japon, l'Union européenne) formulent-ils le même constat, à savoir que la Terre se réchauffe à cause des activités
humaines ?

Voici un document pour alimenter votre réfléxion. Nous attendons vos commentaires.
http://climat2050.fr/file/sousinfluence.pdf


Erasmus Tharnaby 08/04/2010 23:18



Oui, vous avez raison quant à la perte de temps. Il n'y a pas beaucoup d'écolo-conneries à se mettre sous la dent en ce moment.


Si vous consultez autre chose que les rapports et reportages hagiographiques, et souvent bidonnés, sur le GIEC, vous remarquerez :


- que cette belle unanimité n'est pas si unanime que cela.


- que les méthodes utilisées pour obtenir cette parodie d'unanimité scientifique ne sont pas très... scientifiques (chantage à la subvention, blocages dans les comités de lecture, etc.)


Sans parler des données truquées par le CRU.


Il y a plusieurs reportages dans mes pages de documentation, avec de nombreux témoignages sur ces méthodes, témoignages émanant de scientifiques faisant ou ayant fait partie du GIEC. Avez-vous
parcouru les mails du CRU ?


Et puis vous pouvez aussi consulter les rapports du GIEC, ils n'établissent pas scientifiquement que "la Terre se réchauffe à cause des activités humaines". C'est absolument faux. Ils
établissent, par une formulation alambiquée, la présomption scientifique (ce qui est, au passage, une absurdité) de ce fait.


Il me semble beaucoup plus intéressant de parler de cet avion qui a atteint 1500m d'altitude sans utiliser de carburant. Ça ne fait pas plaisir aux écologistes (puisque ça ne grève pas le
développement de l'humanité), mais ça au moins, ce n'est pas bidonné.