Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouvelle technologie, nouvelles batteries.

par Erasmus Tharnaby

publié dans Ecologie-Ekologio

La nouvelle est annoncée en français par le site sciencextra. En anglais, elle figure ici.
   Un nouveau matériau composite, susceptible de stocker la charge électrique, et suffisamment solide et léger pour servir de matériau pour la carrosserie, a été découvert par l'Imperial College de Londres en collaboration avec Volvo.
    A en croire le Dr. Greenhalgh, directeur du projet : "Nous sommes enthousiasmés par les potentialités de cette nouvelle technologie. Nous pensons que la voiture du futur pourrait tirer son énergie de son toit, de son capot ou même de sa porte, grâce à notre nouveau matériau composite. Même le GPS pourrait être alimenté par sa propre coque. Les applications futures de ce matériau ne s'arrêtent pas là. Vous pourriez avoir un téléphone portable aussi fin qu'une carte de crédit car il ne nécessiterait plus de volumineuse batterie, ou un ordinateur portable qui pourrait tirer de l'énergie de son boîtier de sorte qu'il puisse fonctionner plus longtemps sans le recharger. Nous en sommes à la première étape de ce projet et il y a encore un long chemin à faire, mais nous pensons que notre matériau est vraiment prometteur."
   On pourrait penser qu'il s'agit d'une bonne nouvelle pour les écologistes, qui verraient se développer les véhicules électriques et une foule d'autres applications dotées de batteries moins volumineuses et donc moins polluantes. Illusion.
   Cette découverte, si elle n'est pas un canular, est une double mauvaise nouvelle.
   La première  est qu'il serait possible de poursuivre le développement de l'humanité tout en polluant moins, et sans que cela se conjugue avec une quelconque décroissance.
   La deuxième, c'est la démonstration éclatante que toutes les prévisions alarmistes, type Club de Rome, se font toujours à technologie constante, c'est à dire sans tenir compte des développements, des découvertes qui bouleversent les modes de consommation et de production. Est-ce une erreur de la part de prévisionnistes ? Non, c'est une omission volontaire destinée à produire des chiffres destinés à illustrer une politique de décroissance, fondamentalement inégalitaire.
Commenter cet article