Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Solar Impulse : une grande avancée, des défis prometteurs.

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

J'ai du mal à comprendre pourquoi le défi technologique de Solar Impulse est toujours considéré comme relevant de l'écologie.

L'écologie n'est pas humaine, pas humaniste, elle déteste le progrès, ne se satisfait que de la diminution de toutes les formes d'activité humaine. Elle considère que tout ce qui vient de la nature est bon, à l'exception de ce qui est humain.

C'est pourquoi vous ne trouverez pas, sur le site hilarant www.notre-planete.info, d'information sur Solar Impulse. Tout ce qui relève du progrès humain ne s'y trouve pas.

On n'y trouve que de multiples variations sur le thème de l'apocalypse (moustiques, tremblements de terre, chaleur excessive, etc.).

Homme ET nature / Homme OU nature : il faut savoir de quel côté on se place.

Et s'efforcer de réveiller les gens face à cette rhétorique d'extrême-droite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

l'hérétique 10/07/2010 19:03


@Erasmus
Tu sais afficher un flux rss sur ton blogue ?


Erasmus Tharnaby 11/07/2010 01:22



J'ai mis le lien pour le flux RSS dans la colonne de droite.



Novak 10/07/2010 02:40


Bonjour,

je lis "régulièrement" ce blog pour voir ce qui s'y dit, en toute curiosité, et par exemple là je me pose des questions mais peut-être ais-je mal cerné votre propos?
vous semblez faire un constat que je considère trop manichéen. Votre pensée est certainement plus nuancée (du moins je l’espère), mais votre propos je trouve que non.

par exemple :

je suis écologue de formation donc relativement renseigné sur les problématiques actuelles auxquelles la société humaine doit faire face (la dégradation remarquable des ressources eau, sol et
biodiversité pour ne citer que les principales)

je ne suis pas sans savoir que malheureusement et bien sûr j'aimerais qu'il en soit autrement, cet état de fait est de manière générale dû à l'Homme et à une partie de ce qu'il entreprend pour
développer sa condition vers une sorte de "progrès", il faut aussi savoir accepter le constat et savoir identifier ce qui est la cause des principaux maux auxquels il doit faire face.

j'ai bien précisé "progrès" entre guillemet car derrière ce terme il faut être franc se cache tout et n'importe quoi, ce que moi même je considère comme un "progrès", ne l'est pas forcément pour
quelqu'un d'autre…il s’agit donc bien d’une notion extrêmement relative qui pourtant est exprimée sous un même terme.

L'on entend bien souvent derrière la notion de "progrès", notamment le progrès technologique. Je ne pourrais bien évidemment pas me placer contre ce "progrès" de manière générale, sans le préciser,
puisque depuis que je suis venu au monde j'en ai bénéficié, peut être même m'a t il déjà sauvé la vie qui sait. Ce serait donc malhonnête. Par contre, étant conscient que certains aspects de ce
"progrès" constituent clairement une menace pour l'humain lui-même, si l'on considère non pas le pas de temps "court" durant lequel nous en profitons et nous nous en félicitons mais bien plutôt le
pas de temps "long" au bout duquel nous commençons à réaliser les conséquences inhérentes aux modifications générées sur notre environnement pour permettre ce progrès. Je me place donc contre ce
type de "progrès". Celui qui ne bénéficie qu'à certaines générations et non pas au suivantes. Suis-je dès lors un "méchant écolo anti-tout qui considère que l'homme est par essence "mauvais" et la
nature par essence "bonne"" ???

D’ailleurs je serais par là même un très mauvais écologue puisque j'en oublierai la base de ma formation, à savoir que l'homme est bien l'un des "fruits de la nature", parmi tant d'autres...et
qu'ainsi opposer l'homme et la nature serait une hérésie totale.

Il ne faut pas oublier quand même, que par le biais du développement technologique, c’est l’Homme lui-même qui tente vainement de s’extraire de cette « nature »…qui pourtant le rappelle à
l’ordre.

Ainsi, cher Monsieur, comment dois-je me placer dans votre monde à deux tiroirs puisque je ne me reconnaît pas dans tableau que vous peignez concernant les "écologistes" ?

Cordialement,

Novak


Erasmus Tharnaby 10/07/2010 18:00



Je me permets de reprendre votre texte pour répondre point par point, car il est intéressant et va un peu plus au fond des choses.


Bonjour,
je lis "régulièrement" ce blog pour voir ce qui s'y dit, en toute curiosité, et par exemple là je me pose des questions mais peut-être ais-je mal cerné votre propos?



Je ne peux que vous féliciter pour votre ouverture d'esprit ! C'est tout à fait exceptionnel dans ce monde dominé par la pensée malthusienne.


vous semblez faire un constat que je considère trop manichéen. Votre pensée est certainement plus nuancée (du moins je l’espère), mais votre propos je trouve que non.



Vous avez raison. Je cabotine un peu parfois, façon rhétorique.


par exemple :
je suis écologue de formation donc relativement renseigné sur les problématiques actuelles auxquelles la société humaine doit faire face (la dégradation remarquable des ressources eau, sol et
biodiversité pour ne citer que les principales)

je ne suis pas sans savoir que malheureusement et bien sûr j'aimerais qu'il en soit autrement, cet état de fait est de manière générale dû à l'Homme et à une partie de ce qu'il entreprend pour
développer sa condition vers une sorte de "progrès", il faut aussi savoir accepter le constat et savoir identifier ce qui est la cause des principaux maux auxquels il doit faire face.

j'ai bien précisé "progrès" entre guillemet car derrière ce terme il faut être franc se cache tout et n'importe quoi, ce que moi même je considère comme un "progrès", ne l'est pas forcément pour
quelqu'un d'autre…il s’agit donc bien d’une notion extrêmement relative qui pourtant est exprimée sous un même terme.

L'on entend bien souvent derrière la notion de "progrès", notamment le progrès technologique. Je ne pourrais bien évidemment pas me placer contre ce "progrès" de manière générale, sans le
préciser, puisque depuis que je suis venu au monde j'en ai bénéficié, peut être même m'a t il déjà sauvé la vie qui sait. Ce serait donc malhonnête. Par contre, étant conscient que certains
aspects de ce "progrès" constituent clairement une menace pour l'humain lui-même, si l'on considère non pas le pas de temps "court" durant lequel nous en profitons et nous nous en félicitons mais
bien plutôt le pas de temps "long" au bout duquel nous commençons à réaliser les conséquences inhérentes aux modifications générées sur notre environnement pour permettre ce progrès. Je me place
donc contre ce type de "progrès". Celui qui ne bénéficie qu'à certaines générations et non pas au suivantes. Suis-je dès lors un "méchant écolo anti-tout qui considère que l'homme est par essence
"mauvais" et la nature par essence "bonne"" ???



C'est hélas le discours de la théorie de l'écologie dite profonde. Et il faut bien avouer qu'il n'y a qu'un curseur entre l'écologie comme on la vit au quotidien (suppression des places de
parking, culpabilisation systématique, etc.) et l'écologie profonde anti-humaine.



D’ailleurs je serais par là même un très mauvais écologue puisque j'en oublierai la base de ma formation, à savoir que l'homme est bien l'un des "fruits de la nature", parmi tant d'autres...et
qu'ainsi opposer l'homme et la nature serait une hérésie totale.



Je suis bien d'accord avec vous ! Ce n'est pourtant pas du tout le discours des fondateurs de l'écologie, et de ses zélateurs des années 60 par exemple (Bertrand Russell, Gregory Bateson, et
autres suppôts du MIT,...)



Il ne faut pas oublier quand même, que par le biais du développement technologique, c’est l’Homme lui-même qui tente vainement de s’extraire de cette « nature »…qui pourtant le rappelle à
l’ordre.



Là je ne vous suis plus : une découverte mathématique, une invention physique, une nouvelle machine sont elles moins "naturelles" que l'esprit qui les a fait naître ?



Ainsi, cher Monsieur, comment dois-je me placer dans votre monde à deux tiroirs puisque je ne me reconnaît pas dans tableau que vous peignez concernant les "écologistes" ?



La proposition que je vous fait, bien que j'ai conscience qu'elle aille complètement à rebours de votre formation, c'est de réserver le terme écologie à l'écologie malthusienne, car c'est ce
qu'elle est en réalité, profondément et dès ses débuts. L'écologie est fondamentalement anti-humaine. Elle a été inventée et réinventée pour ça.
Ensuite, on peut reclasser tous les domaines qui sont prétendument sous la houlette de l'écologie dans d'autres rubriques, comme par exemple les questions de SANTE PUBLIQUE (pollution), ou les
questions d'équilibre biologique (chaînes alimentaires, bio-diversitéé, etc.). On se rend compte qu'on y voit beaucoup plus clair. En réalité, l'écologie n'existe pas.


Merci pour votre commentaire.



Cordialement,

Novak



l'hérétique 09/07/2010 22:59


Tiens, c'est une excellente réflexion que je ne m'étais jamais faite celle-là. Très juste remarque. Je la retiens.
Au fait, tout à fait par hasard, cela ne te dirait pas d'intégrer le flux l'échiquier ?
Il faut juste l'afficher sur son blogue, et du coup, tu rentres dedans à ton tour, et les les titres de tes billets s'affichent à leur tour sur 35 blogues dont pas mal de fort fréquentés...


Erasmus Tharnaby 10/07/2010 18:00



Merci du tuyau. Je vais essayer.


Merci du compliment aussi.