Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

State of fear : l'étrange conversion de Michael Crichton

par Erasmus Tharnaby

publié dans Ecologie-Ekologio

Pendant mes congés, je lis des polars. J'écoute du jazz de temps en temps mais je n'ai pas trop de goût pour la musique ancienne. C'est une autre histoire.

J'ai donc lu récemment State of fear, en français Etat d'urgence de Michael Crichton (prononcer "crailletonne"). C'est un roman de 2004. L'auteur s'était fait connaître avec Jurassic Park et d'autres romans sur des sujets plus ou moins scientifiques ou d'anticipation technologique.

sid.jpgPour écrire son roman consacré au réchauffement climatique, M. Crichton a lu des publications scientifiques pendant 3 ans, ce qui lui a valu la faveur de venir témoigner devant une commission du Sénat américain sur ce sujet. Même si le roman est par définition un tissu de fiction, Etat d'urgence est fondé sur des données scientifiquement vérifiées, chaque fois indiquées en notes de bas de page, qui établissent sinon que le réchauffement planétaire est une blague, mais au moins que les données utilisées pour l'établir n'ont pas été suffisamment vérifiées et consolidées.

Il s'agit donc, pour le roman, de dénoncer indirectement, non pas un mensonge scientifique, mais plutôt une approximation hâtive issue des mondes politique, journalistique et éditorial. Vincent Courtillot ne dit pas autre chose.

Le point un peu curieux de l'affaire vient de ce que M. Crichton, après la sortie de son livre, va donner des interviews et des conférences sur le thème de la fable du réchauffement planétaire, comme dans cette video.

Mais dans l'édition actuelle, une sorte d'addendum surprend le lecteur en affirmant des positions assez contraires à l'esprit du livre.

Etonnant, non ?

Commenter cet article

Sceptique 21/01/2013 10:35

Il s'est renié une fois? Saint Pierre l'a fait trois fois. Il y a de l'espoir!

Erasmus Tharnaby 21/01/2013 21:58



Et le coq chantera les pieds dans l'eau !



Martine 20/01/2013 22:37

State of fear traduit par état d'urgence, comme cela ma parait étrange...
State of fear aurait du etre traduit, plus litéralement, comme l'état de la peur ou la France a peur, mais il est vrai que ces titres étaient déjà pris? 2004, dites-vous Rhooo, certaines
publications étant postérieures, cela amuse, sachant que la france a peur fut publiée par un pur-sang issu de la pub, milieu sur le lequel s'est largement appuyé M.Al Gore lors des Cannes de la pub
et prix Nobel (partagé ce qu'ignore la planète entière).
La vie a fait que j'ai croisé cet individu, après les attentats d'un certain onze septembre...Me souviens de ses cowboys, du débarquement de ma responsable décorée de l'ordre du mérite ayant été
cible humaine à l'occasion de certains conflits, de son retard, et de lui préoccuppé par des choix photographiques, 'tain à quoi servent donc les coups de bistouris en termes d'images?

Erasmus Tharnaby 21/01/2013 00:44



Oui, Etat d'urgence est un mauvais titre... Etrangement infidèle !


Ce type (Crichton) est surtout un écrivain à succès, c'est à dire un opportuniste.


La prochaine fois, je reviendrai sur un point de son bouquin : la montée des eaux dans le pacifique. Un vrai cas d'école...