Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TEPCO et Fukushima : où est la gauche ?

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

   Martine Aubry, ce matin, sur France Inter, s'est lancée sur le nucléaire et la centrale de Fukushima. On n'est pas déçu. C'est un festival de platitudes ou d'absurdités. Le problème avec Martine Aubry, c'est la pensée. Elle est nulle ou déjà entendue.

Et que dit-elle, cette pensée ?

   Elle enfourche comme un seul homme la vieille haridelle fournie par les écolo-malthusiens : "il faut sortir du nucléaire parce que c'est dangereux". Gnangnangnan. Et on va le remplacer par du solaire, ce qui est encore plus con que par de l'éolien. C'est le moment précis où, traditionnellement, les écolos se lancent dans un feu d'artifice de chiffres invérifiables, de perspectives délirantes à 25, 35 ou 50 ans. Tout le monde assiste à ce rituel affligeant déjà depuis deux semaines. Et bien, comme si on n'en avait pas déjà assez, la Aubry nous en remet une louche, avec des phrases qui ne sont même pas prononcées en Français : "la France doit très vite passer à un autre "mixte énergétique" ". En Cheyenne dans le texte.

   Par contre, sur les conditions de travail des ouvriers du nucléaires, rien. Comme dans le pire reportage écolo pour la sauvegarde de la biodiversité du cafard dans les favellas, il n'y a pas un mot pour les gens qui souffrent et meurent.

   Il n'y a non plus aucun questionnement sur la nature PRIVEE de l'opérateur électrique TEPCO et de la nature de son association avec les pouvoirs publics. Aucun questionnement sur les diktats staliniens du gouvernement français quant à la poursuite de la privatisation d'entreprises liées à l'énergie, comme GDF-Suez, ou liées à l'eau comme Veolia.

RIEN. Où est la gauche ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article