Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WWF : un passé toujours présent ?

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

Comme il a déjà été dit ici, et à partir d'ici à travers de nombreux liens, l'histoire du WWF présente des aspects qu'on peut considérer comme nauséabonds, comme en témoigne le livre de Jonathan Petropoulos (2006) Royals and the Reich dont le site Pyrénées-pyrénéus présente ainsi certains passages :
"
Sur l'une des photographies prise en 1937 à l'occasion de l'enterrement de sa soeur aînée, disponible sur le site Internet du Daily mail, on trouve le Prince Philip alors âgé de 16 ans entouré de proche parents en uniforme SS ou en chemises brunes. Un rang derrière, on trouve Lord Mountbatten. Philip est né en 1921 à Corfou, prince du Danemark et de Grèce ; c'était le seul fils et le plus jeune des cinq enfants du prince Andrew de Grèce et de la princesse Alice de Battenberg. Ses quatre soeurs ont toutes épousé des princes allemands et trois d'entre elles - Sophie, Cécile et Maragarita - sont devenues membres du parti nazi. Le mari de Sophie, le prince Christoph de Hesse, a été le chef du bureau de renseignement de Goering. Dans une photo prise lors du mariage de ce dernier, on trouve d'ailleurs la plus jeune soeur du prince Philip assise en face d'Hitler. Cette " attraction " pour le régime nazi était certes très répandue dans les cercles aristocratiques britanniques. A commencer par le président de la Banque d'Angleterre, Montagu Norman, qui donnait quotidiennement ses instructions au ministre des Finances de Hitler, Haljmar Schacht, jusqu'à la déclaration de guerre ! Ces cercles aristocratiques considéraient qu'il y avait un intérêt géopolitique à voir Hitler et Staline s'affronter dans une guerre totale qui allait détruire l'Europe continentale, perçue depuis toujours comme une menace à leurs intérêts financiers impériaux."
Les amateurs d'écologie et d'histoire apprécieront.
A la lumière du livre de
Luc Ferry Le nouvel ordre écologique, on comprend mieux cette obsession à substituer aux droits humains les plus élémentaires d'hypothétiques droits qu'auraient les animaux. Etant donnée la difficulté à justifier ontologiquement cette fantaisie juridique animale, la défense de la biodiversité peut devenir un cheval de bataille efficace. En témoigne ce petit happening du WWF-France concernant l'orpaillage clandestin, où ce sont les "droits" des animaux qui sont mis en avant, au titre de la biodiversité ou l'on ne sait quelle fantaisie pseudo-scientifique, tandis que les droits des populations sont relégués au second plan. "Si ce n'est toi, c'est donc ton frère..."
Commenter cet article