Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Ecologie et eugénisme

Je recopie ci-dessous un article rédigé en anglais sur le site Windfarm.
Je vais en faire la traduction au fur et à mesure de mes disponibilités. Ce qui ne sera pas encore traduit restera en anglais pour l'instant. Je mettrai entres crochets mes propres ajouts documentaires.

Note de l'auteur :
J'espère que ceci vous aidera à comprendre ce qu'est le WWF et le mouvement "vert" en général. Les gens et les groupes de gens ci-dessous financent et utilisent les ONG pour vous convaincre que le "réchauffement planétaire" est à la fois une réalité et une menace pour la survie même de l'espèce humaine.
Le réchauffement planétaire n'est ni une réalité, ni une menace.

L'écologisme (pour leurs intentions) n'a rien à voir avec l'environnement et plus tôt les gens le comprendront, mieux ce sera.

L'UNESCO a le contrôle du système éducatif, ce qui signifie que ces gens ont le contrôle de l'esprit de vos enfants.

Est-ce à ces gens que vous voulez que vos enfants fassent confiance ?

Voici la vraie menace pour l'humanité !

.

Les principaux collaborateurs du Prince Philip pour le lancement du WWF en tant que fondation et agent opérationnel mondial de l'International Union for the Conservation of Nature, furent Sir Julian Huxley et Max Nicholson, tous deux d'ardents avocats de l'eugénisme et de la purification raciale. En fait, Huxley était président de la Société Royale Eugéniste quand il co-fonda le WWF. D'abord en tant que chef de l'UNESCO, et plus tard en tant que fondateur du WWF, Huxley plaida en faveur du besoin de raviver la science raciale et de la mission urgente d' 'éliminer les troupeaux humains" - en particulier des races aux peaux noires d'Afrique et d'Amérique du Sud. Dans le document fondateur de l'UNESCO, Huxley admit franchement les difficultés qu'il rencontrerait à vouloir faire renaître l'eugénisme, en regard au génocide Nazi. "Bien qu'il soit assez vrai que n'importe quelle politique eugéniste radicale sera politiquement et psychologiquement impossible pendant des années," écrit-il. "il sera important pour l'UNESCO de voir que l'esprit du public est informé des problèmes en jeu de sorte que la plupart de ce qui est aujourd'hui impensable puisse devenir au moins pensable."

La méthode qu'Huxley et d'autres conçurent pour forcer les gens à "penser l'impensable" consista à remplacer l'idée d'eugénisme par celle d'écologisme. Huxley, le Prince Philip et les autres, toutefois, comprirent que, dans leur mode de pensée, les deux termes étaient interchangeables. Pendant une tournée en Afrique en 1960, sur le point de lancer le WWF, Huxley se vanta ouvertement que le mouvement écologiste serait l'arme principale utilisée par l'oligarchie britannique pour imposer un ordre mondial malthusien au cadavre du système des Etats-nations, et par dessus tout, aux Etats-Unis.


Il n'y a pas de coïncidence, dans le contexte des remarques de Huxley, entre ceci et le fait que la personne qui a aidé à fonder la branche canadienne du WWF du Prince Philip, Major Louis Mortimer Bloofield, soit impliqué par le Procureur du District de New Orleans Jim Garrison dans l'assassinat du Président John F. Kennedy. Bloofield, l'agent de liaison du Special Operation Executive britannique pendant la guerre vers le directeur du FBI, Edgar J. Hoover, dirigea l'entreprise Permindex, basée à Montréal, identifiée par les investigations de Garrison comme étant le coordinateur du complot visant à assassiner Kennedy.


Le Club des 1001 et autres fronts écolo-fascistes.

Pour poursuivre la diffusion des travaux du WWF, en 1970, Prince Philip fit équipe avec un ancien officier SS, Prince Bernhard de Hollande, déjà acteur de premier plan dans le WWF, pour créer un mécanisme de financement permanent pour le nombre croissant de combats écologistes qui étaient créés, pour écoper la lie de la contre-culture des années soixante, et la déployer comme les Sections d'Assaut du nouveau fascisme "vert". Les 1001 : une Association en faveur de la Nature, connue par ses membres sous le nom de Club des 1001, fut créée en tant qu'annexe du fameux Groupe Bilderberg du Prince Bernhard, la société secrète constituée de membres de l'oligarchie Nord-américaine et Européenne pendant la guerre froide. 1001 proches collaborateurs du Prince Berhard et du Prince Philip furent invités à adhérer au Club des 1001 au tarif initial de 10000$ par personne.

La majeure partie des membres était issue des équipes de direction des principaux cartels de matières premières du Club of the Isles, banques, compagnies d'assurances et grandes familles (les fondi). Typiques de cette caste, s'y trouvaient :
- John Loudon, ancien directeur général de Royal Dutch Shell et président de Shell Oil Co., qui fut président du WWF de 1977 à sa mort ;
- Maurice Strong, cadre de Power Corporation, basée au Canada, et un des plus importants agents du WWF ;
- Baron Aubrey Buxton of Alsa, de la Banque Barclays ;
- Bertold Beitz, directeur de la Fondation Alfred Krupp von Bohlen and Halbach ;
- Conrad Black, président du principal cartel des médias, la Hollinger Corporation ;
- Peter Cadbury, du Georges Cadbury Trust ;
- Anton Rupert, du South African Rembrandt Tobacco Interest ;
- Sir Kenneth Kleinwort, propriétaire de Kleinwort Benson, un des plus vieux fonds d'investissement britannique et
- Henri Keswick, président de Jardine Matheson et freère de John Keswick, le président de Hambros Bank et un directeur de la Banque d'Angleterre.
Major Louis Mortimer Bloomfield fut un membre fondateur du Club des 1001, comme le furent nombre de crapules bien connues, comme les banquiers-escrocs Robert Vesco et Edmond Safra.

 

Pendant que les Princes Philip et Bernhard accumulaient un trésor de guerre de 10 millions de dollars, le premier des principaux groupes et think-tank éco-fascistes avait déjà été lancé. En 1969, un cadre du Sierra Club, David Ross Brower, fonda Amis de la Terre (Friends of the Earth) qui, quelques années plus tard, aideront à donner le jour à des groupes ouvertement terroristes comme Greenpeace et Earth First! . La même année, le président de WWF Sir Peter Scott lança Survival International, connu à l'origine comme étant le Primitive Peolples Fund qui, trois ans plus tard donna le jour à Cultural Survival.
En 1968, Aurelio Peccei, un ancien cadre de Fiat (Le président de Fiat, Gianni Agnelli était membre fondateur du Club des 1001), fonda le Club de Rome,une autre organisation "sur invitation seulement", pour refourguer une version reliftée du malthusianisme. En 1970, avec la bénédiction de la Fondation Volkswagen, Peccei embaucha un jeune prodige des ordinateurs issu du
Massachusetts Institute of Technology (MIT), et une équipe parmi ses étudiants, pour préparer un rapport sur la crise démographique mondiale, qui sera publiée quelques années plus tard sous le titre Les limites de la croissance. En utilisant le concept scabreux de "charge utile" (carrying capacity) qui exclut la découverte scientifique, Forrester et ses étudiants, Dennis et Donella Meadows, déclaraient que la conjonction de la surpopulation et de la baisse des ressources dévasterait la planète. Le Club de Rome devint non seulement une des principales officines lobbyistes pour les canulars climatiques les plus délirants ; il lança aussi le mouvement pour une population non-croissante ("zero population growth movement"), qui a maintenant dévié vers une demande drastique de baisse de la population, c'est à dire vers un génocide.