Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France, dictature des bons sentiments

par Erasmus Tharnaby

La France, dictature des bons sentiments

Nous essayons de les dénoncer ici aussi souvent que possible et les Français les supportent de moins en moins bien. Les bons sentiments sont devenu la norme politique, celle sur laquelle appuyer les pires décisions, les pires décrets, les pires idéologies.

Dans ce blog, ce sont plus spécifiquement les bons sentiments écologistes qui font l'objet de nos observations. Ils correspondent à une idéologie non-pensée basée sur divers codex extrêmement disséminés et aussi disparates que le Rapport Meadows, les écrits d'Arne Naess ou la Théosophie de Rudolf Steiner. Basée sur l'esprit New Age anglo-saxon, vision néo-colonialiste et syncrétique du corpus religieux hindou et de la pire philosophie anglaise, l'idéologie écologiste n'aboutit qu'à une forme "douce" de dictature, celle-là même capable de nous faire avaler une tonne de tracas quotidiens, de décisions débiles, de justifications douteuses essentiellement à l'échelle domestique.

L'écologie et les bons sentiments ont aussi pollué la politique, mais ce n'était qu'un paravent. Ce qui se trouve derrière est maintenant dévoilé. On invoque la sécurité mais ça ne trompe personne. Une fois tombés les faux-semblants, il ne reste que le désarroi d'un pouvoir hégémonique et incompétent qui a, depuis le début, joué la carte de l'affrontement, plaçant le gouvernement dans la même situation anti-démocratique que celui de la République de Guinée qui interdit, lui aussi, les manifestations de rue actuellement.

Focaliser les débats sur la CGT ne trompe plus personne désormais et c'est une kyrielle d'organisations que le gouvernement cherche à affronter : souhaitant faire l'unanimité contre lui, il redonne une identité de gauche à ceux et celles qui se sentaient perdus. Ce peuple de "gauche-zombie", comme dirait le sociologue Emmanuel Todd, ce peuple hier attaché à des sentiments vagues orbitant mollement autour de concepts que l'on pensait has been, comme la solidarité, le partage des richesses, la culture, la liberté d'expression, tout ce grand morceau de société française se retrouve un combat, une cause, des faits d'armes, des martyrs et surtout une jeunesse.

Car elle est admirable, cette jeunesse présente de plus en plus nombreuse dans les rues de Paris, de Rennes, de Toulouse, etc. répondant avec ses moyens à la violence sociale des banquiers et du gouvernement, et aux provocations des policiers et du très droitier Préfet de Police de Paris. Hélas, elle est aussi très déroutée parfois pas les fausses idéologies anarchistes et écologistes. Elle tombe encore trop souvent sous le charme des têtes de gondoles du New Age que sont l'antispécisme et le véganisme. Nous avons encore du travail à faire dans ce blog !

Commenter cet article