Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Enfer est pavé de bons sentiments

par Erasmus Tharnaby

publié dans France-Francio

Nos enfants fréquentent le système scolaire public français, comme beaucoup d'autres enfants de leur âge. Nous sommes donc, en tant que parents, régulièrement confrontés aux rituels du système, comme les conseils de classe, les réunions parents-profs, les élections de délégués, etc.

tableauLes pires expériences en ce domaine, nous les devons sans aucun doute à la FCPE.

Dans le temps, quand j'étais moi-même collégien, j'entendais mes parents dire plutôt du bien de la "Fédération Cornec" du nom de celui qui lui avait, à cette époque, donné quelques couleurs républicaines.

Aujourd'hui, on entend, dans les médias, le président de cette fédération, Jean-Jacques Hazan, dire que les enfants n'ont pas besoin de devoirs de lecture à l'école puisqu'ils lisent, le matin en déjeûnant, sur les paquets de céréales !

J'ai déjà reçu un mail de sollicitation du responsable FCPE local cherchant des parents pour siéger aux conseils de classe. Ce responsable mettait en avant les avantages d'être représentant : le premier argument était qu'en se trouvant soi-même au conseil de classe, on pouvait défendre le cas de son propre enfant ! Bonjour, la représentativité !

Dans l'établissement où se trouvait mon fils, un professeur avait, comme on dit pudiquement, "du mal avec les élèves". Une pétition a circulé pour le faire renvoyer de l'établissement. Quelle unanimité ! On a réuni des témoignages, tous émanant de la bouche d'élèves. Tout le monde sait que ce que disent les enfants sur leurs professeurs est parole d'évangile. Puisqu'à Boboland, les mots d'un enfant sont à graver dans le marbre... Il y a même une mère qui voulait signer des deux mains alors que, disait-elle, son enfant n'avait jamais été en classe avec le professeur en question. Allô, la Kommandantur ?

Dans l'établissement local, avec la bénédiction des parents d'élèves, il existe un section bi-langue : dès la 6e, les enfants ont deux langues vivantes. C'est évidemment une forme d'élitisme qui pourait passer pour discrète si, dans la présentation qui est faite par l'équipe de direction, on ne se rendait compte que tous les projets éducatifs un peu intéressants sont programmés uniquement pour ces élèves-là. C'est vrai que c'est sûrement plus difficile d'organiser une sortie avec une classe de pauvres. Bonjour, l'égalité républicaine !

Les mêmes quadras, bobos à vélos, écolos jusqu'à l'os, nous les brisent à force de bons sentiments dans la sphère politique locale. Ils sont à la manoeuvre pour nous coller des stationnement interdits, des sens uniques, des rues piétonnes, des marchés de Noël en fausses cabanes de bois, des festivals du collier de nouille, des apéritifs-concerts conviviaux,  des fêtes des voisins pochtrons, etc. Avec nos gosses, ils développent le même darwinisme social : toujours plus normatifs, toujours plus injonctifs, ils sacrifient l'équilibre des leurs et des nôtres sur l'autel de la rentabilité éco-citoyenne. "Comment est-il possible de ne pas être aussi formidable que nous ?"

Le pire vient au moment de l'orientation. C'est la foire d'empoigne et gare à qui ne vient pas avec son avocat, son cousin à l'Inspection académique ou son voisin neveu de ministre pour obtenir la BONNE place dans le BON lycée ! Là, les parents, toujours avec la bénédiction ou la complicité de la FCPE, sont capables de tout pour faire sauter un zéro ou un mot de travers sur le bulletin. Des fois que ça fasse louper l'inscription à Henri IV. Transformés en côôtches de champion, le couple parfois divorcé se retrouve avec effusions pour venir cogner sur le prof dans le bureau du proviseur. Verbalement bien sûr.

S'il vous plaît, vous qui lisez ce blog, n'hésitez pas à faire part de votre expérience.

Comme l'écrivait Emmanuel Kant : "L'école a deux ennemis mortels : l'Etat et les parents d'élèves."

Commenter cet article

Sceptique 20/01/2013 06:55

Je découvre Philippe Muray, grâce à vous. Je ne suis sûrement pas un "humoriste". J'essaie d'analyser certains problèmes en introduisant cette distance, j'essaie de l'appliquer, faussement, à
moi-même, mais je me vois le plus souvent sérieux, et, probablement, ennuyeux.
"Nobody perfect!"

Erasmus Tharnaby 20/01/2013 17:25



Philippe Muray me remplit de bonne colère (et donc d'énergie)...


Je pense à Sloterdijk et son Colère et Temps, que je vous conseille aussi.


La FCPE n'est-elle pas symptomatique de cette festive et interminable fin du monde ?



Sceptique 19/01/2013 10:06

Je ne suis absolument pas tenté d'aller sur facebook. J'ai écrit un billet inspiré par un incident sérieux, qui a conforté mon choix ("Pour vivre heureux, vivre caché") . Quant aux insultes, je
n'en ai reçues que très rarement, je n'y ai pas répondu, et les ai éliminées au bout d'un jour ou deux. J'avais honte pour les auteurs!. Parfois ce sont de mes lecteurs qui ont réagi et défendu ma
position.
De mon côté, quand je suis choqué par un texte offensant, partial, stupide, j'en rajoute pour m'en moquer.

Erasmus Tharnaby 19/01/2013 21:18



C'était pour dire que c'est agréable d'avoir un interlocuteur qui a de l'humour.


Vous connaissez Philippe Muray ?



Sceptique 18/01/2013 16:17

J'espère rééditer l'exploit du Maréchal de La Palisse: être encore vivant cinq minutes avant ma mort!

Erasmus Tharnaby 19/01/2013 09:48



Sur ce domaine, il est rare de trouver des blogueurs qui ont de l'humour.


Je trouve que les gens en viennent souvent et rapidement à s'insulter. Avez-vous vu ma correspondance avec le jeune Baptiste Herbin, saxophoniste de son état ? C'est sur Facebook et c'est assez
comique.



Sceptique 18/01/2013 10:25

Je m'incline, face à la fraicheur de votre confrontation à la FCPE. Je devais en être resté à 1968, et, grâce à vous (sans ironie!), ne ne mourrai pas idiot!

Erasmus Tharnaby 18/01/2013 15:48



J'espère pas trop vite !



Sceptique.... 17/01/2013 09:11

Mon hypothèse est que les "vrais" parents d'élèves, en toute innocence, dégoisent sur les profs....de leurs enfants, et qu'il serait maladroit de les contrarier, mais que l'association est bien
tenue dans le combat politique contre le gouvernement, en appui aux syndicats.

Erasmus Tharnaby 18/01/2013 08:13



Il me semble me souvenir que la Note de Vie Scolaire au collège, les différentes usines à gaz pour la remédiation en primaire et d'autres dispositifs pleins de bons sentiments sont directement
issus des cogitations des philosophes de la FCPE.


Je vous garantit que l'ambiance anti-profs dans les réunions FCPE, ce n'est pas de la littérature et c'est sensible dans tous les établissements qu'ont fréquenté mes enfants.


Enfin, j'ai toujours entendu la FCPE opiner quand on leur parle de moyens constants (position écolo s'il en est !), alors que ce n'est pas du tout la politique du SNES (majoritaire secondaire) et
du SNUIPP (majoritaire primaire) qui font régulièrement grève pour réclamer des moyens horaires.


Le plus agaçant, dans tout ça, ça reste la dictature des bons sentiments, non ?